Un article d’Herrade Igersheim publié dans la Revue économique lauréat de l’AISPE

L’article “Rawls on the Economists: The (Im)possible Dialogue”, par Herrade Igersheim (Revue économique, 2022, 73 (6), p. 1013-1037), a reçu le Prix du meilleur article de l’Associazione Italiana per la Storia del Pensiero Economico (AISPE).

Site de l’AISPE : http://www.aispe.eu/2023-3/
Accéder à l’article sur Cairn.
Lire le résumé :

Abstract/Résumé :
Although falling within the scope of political and moral philosophy, it is well known that A Theory of Justice has also had a great impact on economists. As such, Rawls put great emphasis on his desire to combine economics and philosophy, and particularly to deal with rational choice theory, notably claiming that “the theory of justice is a part, perhaps the most significant part, of the theory of rational choice” (Rawls [1971]). After the publication of A Theory of Justice, aspects of it came in for criticism—often very vehement—by economists such as Arrow [1973], Musgrave [1974], Harsanyi [1975] and later by Sen [1980]. Rawls’s immediate answers ([1974a], [1974b] in particular) showed that he first wanted to maintain a dialogue with the economists, but the later evolutions of his works ([1993], [2001]) clearly demonstrated that he had removed himself from the economic realm, returning to his initial philosophical territory in order to overcome the internal inconsistencies of A Theory of Justice. In this paper, by focusing extensively on the letter exchanges between Rawls and the economists before and after the publication of A Theory of Justice, I attempt to shed light on other (complementary) elements which can explain Rawls’s retreat from the realm of economics, and his progressive disenchantment regarding the possibility of a dialogue on equal footing between economists and philosophers.

Rawls et les économistes : le dialogue (im)possible
Bien que relevant de la philosophie politique et morale, il est bien connu que Théorie de la justice a également eu un grand impact sur les économistes. À ce titre, Rawls a beaucoup insisté sur sa volonté de combiner économie et philosophie, en particulier via la théorie du choix rationnel, affirmant notamment que « la théorie de la justice est une partie, peut-être même la plus importante, de la théorie du choix rationnel » (Rawls [1971]). Après la publication de Théorie de la justice, certains aspects de celle-ci ont fait l’objet de critiques – souvent très véhémentes – de la part d’économistes tels que Arrow [1973], Musgrave [1974], Harsanyi [1975] et plus tard Sen [1980]. Les réponses immédiates de Rawls ([1974a], [1974b] en particulier) indiquent qu’il a tout d’abord souhaité maintenir un dialogue avec les économistes, mais les évolutions ultérieures de ses travaux ([1993], [2001]) ont clairement démontré qu’il s’était éloigné de la théorie économique, revenant à la philosophie afin de surmonter les incohérences internes de sa théorie. Dans cet article, en me concentrant principalement sur les échanges épistolaires entre Rawls et les économistes avant et après la publication de Théorie de la justice, je tente de mettre en lumière d’autres éléments (complémentaires) qui peuvent expliquer le retrait de Rawls vis-à-vis de l’économie, et son désenchantement progressif quant à la possibilité d’un dialogue sur un pied d’égalité entre économistes et philosophes.



Citer ce billet
Revue économique (2023, 3 novembre). Un article d’Herrade Igersheim publié dans la Revue économique lauréat de l’AISPE. Revue économique. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ton4