Mai 2023, 74 (3) – Avancées de la recherche en économie de la santé à l’occasion des 43es journées des économistes de la santé français (JESF)

Consultation sur Cairn
Image : Pressfoto https://fr.freepik.com/

Sous la direction de Thomas Barnay, Nicolas Jacquemet


Au sommaire

Introduction
Thomas Barnay, Nicolas Jacquemet

Croyances, préférences face au risque et au temps et comportements de prévention contre le COVID-19 des séniors en France
Julien Bergeot, Florence Jusot

Perte d’autonomie des personnes âgées en France : pourquoi y a-t-il des différences territoriales ?
Amélie Carrère

Inégalité des chances en santé chez les séniors : quelles différences selon le genre ?
Alexia Bigorne, Luigi Boggian, Sandy Tubeuf

Connaissance du contrat complémentaire santé et écart assurantiel
Anne-Kim Ristori

L’effet combiné de l’exercice en maison de santé pluriprofessionnelle et des paiements à la coordination sur l’activité des médecins généralistes
Christophe Loussouarn, Carine Franc, Yann Videau, Julien Mousquès

Les groupements hospitaliers de territoire ont-ils mis un terme à la course aux armes médicales ?
Nicolas Sirven, Myriam Lescher-Cluzel


Résumés / Abstracts

Introduction
Thomas Barnay, Nicolas Jacquemet
Ce numéro spécial rassemble une sélection d’articles issus des 43es Journées des économistes de la santé français (JESF) qui se sont tenues en décembre 2021. Depuis les JESF de 2007 organisées à Lille, ces journées donnent lieu tous les deux ans à la publication d’un numéro spécial consacré à la santé dans une revue à comité de lecture. Après avoir inauguré cette tradition à l’occasion des 29es JESF (suivie par la revue Économie publique, puis par Économie et Statistique, la Revue française d’économie et la Revue d’économie politique), la Revue économique ouvre, à nouveau, ses colonnes à un numéro spécial consacré à l’économie de la santé.
Cette discipline – relativement récente – émerge aux États-Unis à la fin des années 1950, au moment où l’économie du bien-être se réinvente et prend ses distances avec l’héritage utilitariste de Jeremy Bentham. Deux problématiques théoriques distinctes apparaissent alors. Tout d’abord, la santé, tout comme son corollaire l’éducation, constitue une composante essentielle du capital humain (Mushkin [1962] ; Becker [1964] ; Grossman [1972]). Par ailleurs, la théorie de l’assurance est convoquée dans le contexte spécifique du marché des soins, avec le fameux article de Kenneth Arrow intitulé « Uncertainty and the Welfare Economics of Medical Care », paru en 1963.
Ces travaux posent les fondements de la discipline qui s’articulent autour d’un certain nombre de postulats structurant aujourd’hui encore ce champ de recherche. Un premier acquis est que le capital santé est producteur de richesses humaines et matérielles et participe au progrès économique et social…

Croyances, préférences face au risque et au temps et comportements de prévention contre le COVID-19 des séniors en France
Julien Bergeot, Florence Jusot

Cet article analyse le rôle des préférences liées au risque et au temps, la confiance envers les autres et les opinions politiques dans l’adoption de comportements de prévention contre le COVID-19 en France. Nous utilisons les données au niveau individuel de la partie française de plusieurs vagues de l’Enquête sur la santé, le vieillissement et la retraite en Europe (SHARE), qui enquête des Européens âgés de 50 ans et plus, appariées aux données de l’enquête SHARE-Corona à l’été 2020, et aux informations sur les préférences et croyances collectées en 2019 à l’aide d’un questionnaire spécifique à la France. Nos résultats suggèrent que la patience et l’aversion au risque prédisent fortement les comportements de prévention contre le COVID-19. Les individus patients sont plus susceptibles de s’abstenir de rendre visite à leur famille, de porter un masque et de garder leurs distances en dehors de chez eux. L’aversion au risque augmente la probabilité de ne pas se réunir avec plus de cinq personnes extérieures au ménage et de ne plus rendre visite aux membres de la famille. Avoir un plus haut niveau de confiance envers les autres atténue au contraire le respect des recommandations sur les rassemblements de plus de cinq personnes et les réunions familiales, les individus faisant confiance aux autres percevant sans doute un moindre risque d’être infecté par des amis ou de la famille. Les opinions politiques extrêmes sont également associées à un moindre respect des recommandations sur les rassemblements de plus de cinq personnes. Ces résultats suggèrent de prendre en compte l’hétérogénéité des préférences et des croyances individuelles pour la définition des politiques et recommandations de prévention, notamment contre le COVID-19.
Beliefs, risk and time preferences and covid-19 preventive behavior: evidence from french seniors
We analyze how preferences with respect to time and risk as well as trust in others and political opinion correlate with COVID-19-related protective behavior in France. We leverage individual-level data from the Survey of Health Aging and Retirement in Europe (SHARE), linked with a drop-off questionnaire about preferences conducted in France just before the coronavirus outbreak. Our results suggest that patience and risk aversion are strong predictors of individuals’ protective behavior. More patient individuals are more likely to not visit their family members anymore, wear a mask and keep their distance from others when outside, wash their hands more regularly and cover their cough. Risk aversion increases the likelihood of not meeting more than five other people and not meeting with family members anymore. Concerning trust, we find that a higher level of trust in others reduces compliance with the recommendations about meeting with five or more people and family gatherings. We interpret this result as a sign that individuals with trust in others perceive a lower risk of being infected by friends and family members. Finally, we find that although the association is not always statistically significant, individuals who identify themselves as positioned on the extreme of the political spectrum (either on the left or the right) are less likely to follow the recommendation related to gathering with five or more individuals. This latter result is particularly interesting in the French context, where the government identifies itself as centrist and more extreme political groups are its main opponents. The government should therefore consider individuals’ heterogeneity in preferences and beliefs when implementing a strategy to encourage people to comply with its COVID-19 protective recommendations.

Perte d’autonomie des personnes âgées en France : pourquoi y a-t-il des différences territoriales ?
Amélie Carrère

Cet article cherche à comprendre les différences départementales de prévalences de la perte d’autonomie : sont-elles sociales, liées à l’accessibilité financière ou géographique de l’offre médico-sociale, à des mobilités territoriales ou à d’autres facteurs territoriaux ? Les données de deux enquêtes : Vie quotidienne et santé (VQS) 2014 et EHPA 2015, sont assemblées pour modéliser la perte d’autonomie grâce à une analyse multiniveau. Elles sont complétées de données contextuelles caractérisant les départements. Nous trouvons que les différences territoriales sont surtout le reflet de différences sociales et de longévité mais qu’elles résultent aussi de la prise en charge.
Disability of the old in france: why are there territorial differences?
This article seeks to understand the differences in prevalences of disabilities of the old between regions: are they social, related to the financial or geographical accessibility of the medico-social supply, to territorial mobility or to other territorial factors? Data from two surveys: VQS 2014 and EHPA 2015 are pooled together to model disability through a multilevel analysis. They are combined with contextual data characterizing the regions. We find that territorial differences largely reflect social and longevity differences but that care supply also contributes to these differences.

Inégalité des chances en santé chez les séniors : quelles différences selon le genre ?
Alexia Bigorne, Luigi Boggian, Sandy Tubeuf

Les inégalités de santé liées aux conditions dans l’enfance, aussi appelées inégalités des chances en santé, sont-elles similaires pour les hommes et les femmes ? À partir de données européennes et de modèles de forme réduite, nous mesurons et décomposons les inégalités de santé séparément pour les femmes et les hommes. Nous observons que la moitié de l’inégalité totale de santé relève d’inégalités des chances. Les inégalités de santé sont d’autant plus marquées que le pays connaît des inégalités de genre importantes. Les inégalités de santé sont plus importantes parmi les femmes. Nous montrons une transmission intergénérationnelle genrée de la santé : la santé des filles est principalement associée à la santé des mères et celle des fils à celle des pères. De plus, l’éducation de la mère est exclusivement associée à la santé des filles tandis que l’éducation du père est associée à celle des fils.
Inequalities of opportunities in health among the elderlies: which differences across gender?
Are inequalities of opportunities in health, which are inequalities related to social and family background, similar for men and women? Using European data and reduced form models, we measure and decompose health inequalities separately for women and men. We find that half of the total health inequality is due to inequalities of opportunities. Health inequalities are more pronounced in countries where gender inequalities are the highest. Health inequalities are higher in women. We show a gendered intergenerational transmission of health: daughters’ health is mainly associated with mothers’ health and sons’ health with fathers’ health. Furthermore, mothers’ education is exclusively associated with daughters’ health, while fathers’ education is associated with sons’ health.

Connaissance du contrat complémentaire santé et écart assurantiel
Anne-Kim Ristori

En France, l’assurance maladie obligatoire (AMO) couvre la majorité des dépenses de santé, le reste à charge étant plus ou moins pris en charge par l’assurance maladie complémentaire (AMC). Mais les assurés connaissent-ils vraiment leur contrat d’AMC ? Ce travail empirique explore des données administratives appariées à des données d’enquête renseignant des caractéristiques habituellement non observées (état de santé ou aversion au risque). Dans un premier temps, nous identifions les facteurs qui influencent la connaissance qu’ont les assurés de leur contrat, puis nous analysons l’écart entre les remboursements et les cotisations à l’aide de régressions quantiles. Paradoxalement, cet écart ne semble pas être creusé par la consommation de soins dits « de confort » mais plutôt par des soins hospitaliers. Une meilleure connaissance de son contrat semble être profitable.
Knowledge of the complementary health insurance and insurance gap
In France, the national health insurance (NHI) covers the majority of health expenses, the rest being more or less covered by the complementary health insurance (CHI). But do insured persons really know their CHI contract? This empirical work explores administrative data matched with survey data providing information on usually unobserved characteristics (health status or risk aversion). First, we identify the factors that influence policyholders’ knowledge of their contract, then we analyze the gap between reimbursements and contributions using quantile regressions. Paradoxically, this gap does not seem to be widened by the consumption of so-called “comfort” care but rather by hospital care. Moreover, a better knowledge of one’s contract seems to be beneficial.

L’effet combiné de l’exercice en maison de santé pluriprofessionnelle et des paiements à la coordination sur l’activité des médecins généralistes
Christophe Loussouarn, Carine Franc, Yann Videau, Julien Mousquès

La raréfaction de l’offre de soins en médecine générale et une demande de soins croissante et évolutive exacerbent les déséquilibres préexistants. La promotion de l’intégration horizontale et verticale sous la forme de maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP) et l’introduction d’une rémunération collective à la coordination ont vocation à générer des gains d’efficience productive. Nous montrons, à partir de données en panel sur la période 2013-2017, d’un appariement exact et d’estimations en différence-de-différences, que l’exercice en MSP couplé au paiement à la coordination accroît significativement les nombres de jours travaillés et de patients rencontrés par les médecins généralistes ainsi que leur nombre de consultations au cabinet. Ces effets sont particulièrement concentrés sur les médecins femmes, jeunes et exerçant dans des territoires sous-dotés médicalement. Ils sont principalement liés au mode d’organisation et non au paiement à la coordination.
The joint effect of primary care team and pay-for-coordination payments on the activity of the general practitioners
In France, the joint evolution of both primary care supply—with a GP shortage—and demand have led to an increasing imbalance. The trend towards horizontal and vertical integration in primary care, with the support given to the development of multi-professional primary care groups (MPCGs) or Primary Care Team (PCTs) combine with practice pay-for-coordination mechanism, aims to improve the productive efficiency. Using exact matching and difference-in-differences estimations on panel data (2013–2017 period), we find that practicing in MPCG with pay-for-coordination significantly increases general practitioners (GPs)’ number of working days, patients seen and visits. Stratification tests point out that our findings especially hold for female, young and GPs practicing in medically underserved areas. Results are mainly driven by organizational design and not by pay-for-coordination schemes.

Les groupements hospitaliers de territoire ont-ils mis un terme à la course aux armes médicales ?
Nicolas Sirven, Myriam Lescher-Cluzel

L’objectif de ce travail est d’analyser l’impact causal de la mise en œuvre d’une politique d’intégration verticale des hôpitaux publics (ou groupements hospitaliers de territoire, GHT) sur l’investissement en technologie au sein des établissements de santé français à partir de données de panel de la Statistique annuelle des établissements et d’une méthode de doubles différences sur la période récente (2013-2019). Nos résultats indiquent un double effet. D’un côté, le secteur public a poursuivi sa logique de décélération de l’acquisition technologique, cohérente avec la volonté de réorganiser les équipements au sein du groupement d’établissements. D’un autre côté, est apparue une réaction contra-cyclique et concurrentielle du secteur privé qui a relancé sa stratégie d’adoption de technologies de santé.
Vertical integration of public hospitals and the medical arms race in France
The objective of this work is to analyze the causal impact of the implementation of a vertical integration strategy of public hospitals (a.k.a. the Territorial Hospitals Group or GHT) on the diffusion of technology within French healthcare institution, using panel data from the French annual survey of hospitals and a double-difference method over the recent period (2013-2019). Our results show a double effect. On the one hand, the public sector has continued to slow down its investment, consistent with the desire to reorganize healthcare supply in the hospital group. On the other hand, a countercyclical and competitive reaction has emerged from the private sector, which has relaunched its investment strategy in health technologies.



Citer ce billet
Revue économique (2023, 3 novembre). Mai 2023, 74 (3) – Avancées de la recherche en économie de la santé à l’occasion des 43es journées des économistes de la santé français (JESF). Revue économique. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ton3