Mars 2022, 73 (2) – La transition écologique : vers un changement de paradigme monétaire et financier ?

Consultation sur Cairn
Image : Piqsels


Sous la direction d’Étienne Espagne, Jézabel Couppey-Soubeyran




Au sommaire
La transition écologique : vers un changement de paradigme monétaire et financier ?
Introduction

Jézabel Couppey-Soubeyran, Étienne Espagne

Sensibilité du risque de crédit au prix du carbone
Vincent Bouchet, Théo Le Guenedal

Risques climatiques et politique de collatéral des banques centrales : une expérience méthodologique
Antoine Oustry, Bünyamin Erkan, Romain Svartzman, Pierre-François Weber

Les banques centrales au défi de la transition écologique
Éloge de la plasticité

Laurence Scialom

Les intermédiaires financiers publics face au changement climatique
Public financial intermediaries and climate chang
e
Dominique Plihon, Sandra Rigot

Identification des vulnérabilités à la transition induites par la demande : application d’une approche systémique à l’Afrique du Sud
Antoine Godin, Paul Hadji-Lazaro

Varia
Recyclage d’une ressource primaire et pouvoir de marché : le cas Alcoa
Bocar Samba Ba


Résumés

Au sommaire

La transition écologique : vers un changement de paradigme monétaire et financier ?
Introduction

Jézabel Couppey-Soubeyran, Étienne Espagne

Lors de la COP21 à Paris en décembre 2015, près de 200 pays du monde entier ont consenti à l’objectif de limiter l’augmentation des températures en deçà de + 2 °C par rapport aux temps préindustriels en poursuivant leurs efforts pour atteindre la cible de + 1,5 °C. Le rapport Global Warming of 1,5 °C (GIEC [2018]) a mis en lumière l’ampleur des transformations nécessaires pour atteindre cet objectif. Parvenir conjointement à enrayer les pertes de biodiversité (IPBES [2019]) et à maintenir les activités humaines à l’intérieur de limites de viabilité planétaires (Steffen et al. [2015]) impliquent des transformations profondes de nos modes de consommation et de production. Le résultat mitigé de la COP26 à Glasgow témoigne à nouveau des difficultés à transformer les annonces en réalités tangibles, difficultés auxquelles se heurte tout autant le processus biodiversité de la COP15 à Kunming au printemps 2022.
Face à ces enjeux nouveaux, la finance doit aussi opérer une transformation profonde. Banques, assurances, gestionnaires d’actifs et autres fonds d’investissement se veulent acteurs de ces transformations et s’engagent à verdir leurs portefeuilles et bilans. La politique monétaire et la régulation financière ont un rôle majeur à jouer pour coordonner ces actions, fixer un cap à ces engagements et faire en sorte qu’ils soient tenus. L’émergence de discours sur les « actifs échoués » (actifs dévalorisés dans le cas d’une transition écologique effective), sur les « risques physiques et de transition » (possibilité d’une crise financière liée à une transition trop rapide ou au contraire trop tardive), sur une « tragédie des horizons » (Carney [2015]), traduit en partie cette mise en tension de la finance face à une transformation structurelle d’ampleur inédite…

Sensibilité du risque de crédit au prix du carbone
Vincent Bouchet, Théo Le Guenedal

L’un des leviers permettant d’atteindre les objectifs fixés par l’accord de Paris consiste à donner un prix aux émissions de gaz à effet de serre. Cependant, une augmentation rapide de ce prix peut augmenter le risque de crédit des entreprises. En s’appuyant sur des scénarios à moyen (2024) et long terme (2060), cette étude analyse la sensibilité du risque de crédit de 763 entreprises internationales. Les secteurs « Énergies fossiles », « Eau, électricité, gaz » et « Matériaux » sont les plus sensibles. Toutefois, le risque ne devient significatif qu’à long terme. Un renforcement des mécanismes de tarification des émissions de gaz à effet de serre semble donc envisageable à moyen terme sans compromettre la stabilité financière.
Classification JEL : G17, G33, Q48, Q54.
Credit risks sensitivity to carbon price
One of the ways for achieving the goals set by the Paris Agreement is to set a price on greenhouse gas emissions. However, a rapid increase in this price may have a financial impact and increase the credit risk of companies. Using medium (2024) and long-term (2060) scenarios, this study analyzes the credit risk sensitivity of 763 international companies. The Energy, Utilities, and Materials sectors are the most affected, with a higher and more heterogeneous risk for the Utilities. However, the risk only becomes significant in the long term. A strengthening of greenhouse gas emission pricing mechanisms therefore seems achievable in the medium term without compromising financial stability.

Risques climatiques et politique de collatéral des banques centrales : une expérience méthodologique
Antoine Oustry, Bünyamin Erkan, Romain Svartzman, Pierre-François Weber

Les banques centrales reconnaissent de plus en plus que le changement climatique est une source de risques financiers et qu’il pourrait affecter la transmission et la mise en œuvre de la politique monétaire. Dans ce contexte, cet article explore une approche permettant d’intégrer les risques climatiques dans la politique de collatéral d’une banque centrale. Cette approche se fonde sur des méthodologies dites d’« alignement » climatique, qui permettent d’estimer la cohérence des actifs éligibles et mobilisés dans le cadre du collatéral avec des objectifs climatiques. Plutôt que d’évaluer l’« alignement » de chaque actif, les banques centrales pourraient chercher à ce que les pools de collatéral mobilisés par chaque contrepartie soient compatibles avec des objectifs climatiques, cette approche allant moins à l’encontre du principe de neutralité de marché. Notre analyse montre qu’en agrégé, les actifs négociables éligibles et mobilisés au sein du cadre de collatéral de l’Eurosystème ne sont pas « alignés » avec les objectifs climatiques de l’Union européenne, ce qui suggère qu’ils sont exposés aux risques de transition. Nous présentons quelques implications pratiques de nos résultats et suggérons des pistes pour de futures études.
Classification JEL : D81, E52, E58, G32, Q54.
Climate-related risks and central banks’ collateral policy: A methodological experiment
Central banks increasingly acknowledge that climate change is a source of financial risks, which is likely to also impact their conduct of monetary policy. Against this backdrop, the aim of this paper is to explore one potential approach to factoring climate-related transition risks into a central bank’s collateral framework. Given the radical uncertainty associated with measuring such risks, this approach relies on so-called climate “alignment” methodologies, which enable to assess the consistency of eligible and pledged marketable assets with specific climate targets. Moreover, this paper proposes a “climate-hedging portfolio approach”: instead of seeking to “align” the collateral on an asset-by-asset basis, central banks could aim for “alignment,” in aggregate, of the collateral pools pledged by their counterparties with a given climate target. The rationale for this choice is that assessing climate-related risk at the pool level avoids the Eurosystem having to decide on which assets/issuers in the pools should be excluded or capped, and is therefore more compatible with a market neutrality approach. The numerical experiment using Eurosystem marketable criteria data suggests that, in aggregate, neither the Eurosystem eligible collateral universe nor the collateral pledged is “aligned” with the climate targets of the European Union. From this perspective, the Eurosystem marketable collateral can be considered to be exposed to climate-related transition risks. We discuss the potential practical implications of aiming to “align” collateral pools, and suggest avenues for further work.

Les intermédiaires financiers publics face au changement climatique
Public financial intermediaries and climate chang
e

Dominique Plihon, Sandra Rigot
Les intermédiaires financiers publics (IFP) jouent un rôle stratégique dans de nombreux pays pour leur capacité à financer des projets de taille importante, à maturité longue, générant des externalités positives. Cet article propose un cadre d’analyse de ces acteurs qui va au-delà de leur justification habituelle en termes de défaillances du marché. Puis il présente une analyse historique et une typologie originale des IFP – absente de la littérature existante – qui révèle leur diversité et leurs avantages respectifs face à la transition énergétique. Enfin, il dresse un premier état des lieux des politiques des principaux IFP européens face au changement climatique, avant de proposer des recommandations pour améliorer leur action.
Classification JEL : G21, G28, Q01, Q48.
Public financial intermediaries and climate change
Public financial intermediaries (PFIs) play a strategic role in many countries for their ability to finance large, long-maturity projects that generate positive externalities. This article proposes a framework for analyzing these actors that goes beyond their usual justification in terms of market failures. It then presents a historical analysis and an original typology of PFIs—absent from the existing literature—that reveals their diversity and their respective advantages in the face of the energy transition. Finally, it provides an initial assessment of the policies of the leading European PFIs in the face of climate change, before proposing recommendations for improving their action.

Identification des vulnérabilités à la transition induites par la demande : application d’une approche systémique à l’Afrique du Sud
Antoine Godin, Paul Hadji-Lazaro

Lors de l’évaluation des conséquences économiques d’une transition vers une économie bas carbone, il peut sembler raisonnable de se concentrer sur les secteurs utilisant des technologies à forte intensité carbone. Nous montrons cependant dans cette étude que les secteurs non émetteurs pourraient aussi être vulnérables aux conséquences réelles et financières de la transition. Pour ce faire, nous développons une méthodologie simple procédant de la comptabilité nationale et financière qui combine des tableaux entrées-sorties (TES) à des données financières sectorielles afin d’évaluer systématiquement l’exposition et la sensibilité financière de tous les secteurs à des chocs de transition dans le cas de l’Afrique du Sud. Nous soulignons la manière dont la nature du choc de demande, la position dans la structure de production, les caractéristiques de la chaîne de valeur et les conditions financières initiales, une fois combinées, déterminent l’amplitude des impacts sur les différents secteurs et leurs équilibres financiers. Dans le cas de l’Afrique du Sud et pour les deux chocs étudiés (sur les secteurs du charbon et de l’automobile), nous constatons que les fabricants de matières premières, les secteurs de l’électricité, du gaz et de l’eau, ainsi que les prestataires de services financiers sont exposés et sensibles aux dynamiques de transition. Nos résultats soulignent l’importance de prendre en compte les émissions des secteurs scope 3 (en particulier en aval) lors des évaluations d’impact et appellent à des analyses systémiques des conséquences économiques de la transition écologique.
Classification JEL : C67, Q56, Q57.
Identifying demand-induced transition vulnerabilities: A systemic approach applied to South Africa
When trying to assess the economic consequences of a transition to a low carbon economy, it might seem reasonable to concentrate on the sectors using carbon-intensive technologies and thus emitting important amounts of greenhouse gases. We however show in this study that non-emitting sectors might nonetheless be vulnerable to the transition. To do so, we develop a simple methodology anchored in national and financial accounting that combines input-output tables with sectorial financial data in order to systematically assess the exposure and financial sensitivity of all sectors to unitary transition shocks in the case of South Africa. We highlight how the combination of the nature of the demand shock, the position in the production structure, the characteristics of the value chain and the initial financial conditions determines the amplitude of the impacts on the different sectors and on their financial balances. In the case of South Africa and for the two shocks considered (on coal mining and automotive industries), we find that raw material manufacturers, utilities, as well as financial service providers are exposed and sensitive to transition dynamics. Our results stress the importance of considering scope 3 (particularly downstream) sectors’ emissions when conducting impact assessments and call for systemic analyses of the economic consequences of the ecological transition.


VARIA

Recyclage d’une ressource primaire et pouvoir de marché : le cas Alcoa
Bocar Samba Ba

L’objectif de cet article est triple. Premièrement, il étudie l’influence de la perspective du recyclage sur le pouvoir de marché d’Alcoa sur chaque période. Deuxièmement, il analyse l’impact potentiel de la saturation de la contrainte de la ressource sur le pouvoir de marché d’Alcoa à la première période. Troisièmement, il explore la variation du prix pratiqué par Alcoa lorsqu’elle est confrontée à un secteur de recyclage. Au regard de ces objectifs, nous étudions un modèle de type Cournot dans lequel Alcoa extrait l’aluminium sur deux périodes consécutives. À la deuxième période, elle est en concurrence avec un secteur de recyclage. Nos résultats peuvent être résumés comme suit. Premièrement, la perspective du recyclage augmente le pouvoir de marché d’Alcoa sur chaque période. Deuxièmement, l’effet du recyclage sur la variation des prix fixés par Alcoa dépend des élasticités de la demande. Troisièmement, l’association du caractère épuisable de la ressource avec la perspective de recyclage confère à Alcoa un pouvoir de marché plus élevé à la première période. Quatrièmement, le prix pratiqué par Alcoa peut augmenter ou diminuer au fil du temps.
Classification JEL : D43, L13, L61, L72.
Recycling of a primary resource and market power: The Alcoa case
The purpose of this paper is threefold. First, it investigates the influence of the prospect of recycling on Alcoa’s per-period market power. Second, it analyzes whether or not Alcoa’s first period market power is affected when the resource constraint is binding. Third, it explores Alcoa’s price path in the presence of recycling. Toward these ends, we study a two-period Cournot framework in which Alcoa produces aluminum over two consecutive periods. In the second period, it engages in competition with a recycling sector. Our results run as follows. Firstly, the prospect of recycling increases Alcoa’s per-period market power. Secondly, the effect of recycling on Alcoa’s price change depends on the elasticities of demand. Thirdly, the association of the exhaustible character of the resource with recycling leads to a greater market power for Alcoa in the first period. Fourthly, Alcoa’s price can increase or decrease over time.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Revue économique (10 mai 2022). Mars 2022, 73 (2) – La transition écologique : vers un changement de paradigme monétaire et financier ? Revue économique. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/toms