Juillet 2021, 72 (4) – Varia

Consultation sur Cairn
Image : © Anastasia Nekrasova | Dreamstime.com

Au sommaire

Why Do French Engineers Find Stable Jobs Faster than PhDs?
David N. Margolis, Egidio Luis Miotti

Indices de stabilité financière et dynamique des réseaux financiers en Europe
Miia Chabot

Attitude face au risque et piratage de films en ligne
Marc Bourreau, Marianne Lumeau, François Moreau, Jordana Viotto da Cruz

Which Kind of Blockchain Application for Local Complementary Currencies?
Sothearath Seang, Dominique Torre

John R. Commons, penseur du travail
Benjamin Dubrion


Résumés

Why Do French Engineers Find Stable Jobs Faster than PhDs?
David N. Margolis, Egidio Luis Miotti

This paper studies why PhDs in France take longer to find stable jobs than engineers. Using data from CEREQ’s “Génération 2004” survey, we show that job finding rates of PhDs are lower than those of engineers and document the differences in their observable characteristics and fields of study. We show that this phenomenon is due to multiple factors: heterogeneity in student characteristics along observable and unobservable dimensions and fields of study, directed search toward public sector positions (especially professors) among PhDs and, in all likelihood, reservation wages of PhDs for private sector jobs that are “too high” relative to their value of marginal product.
JEL Codes: J24, I23, J64.
Pourquoi les ingénieurs trouvent-ils leur premier emploi stable plus rapidement que les docteurs ?
Cet article examine pourquoi les docteurs prennent plus de temps à trouver un emploi stable que les ingénieurs en France. En utilisant les données de l’enquête « Génération 2004 » du CEREQ, nous présentons les différences entre les caractéristiques observables et les domaines de spécialisation entre ingénieurs et différents types de docteur et nous démontrons que la vitesse d’insertion des docteurs est plus lente que celle des ingénieurs. Cela s’explique par de multiples facteurs : des différences entre les caractéristiques observables et inobservables des diplômes, les choix de domaine de spécialisation, une recherche des docteurs dirigée vers des postes de fonctionnaire (surtout des postes de professeur) et un salaire de réserve vraisemblablement « trop élevé » par rapport à la valeur de la productivité marginale des docteurs pour des postes du secteur privé.

Indices de stabilité financière et dynamique des réseaux financiers en Europe
Miia Chabot

De nombreuses analyses s’attachent à simuler différents scénarios de contagion en cas de crise, mais peu de travaux se consacrent à la topologie des réseaux financiers. Nous étudions un échantillon de 260 banques européennes. Les réseaux observés sont uniques et plus élaborés que les réseaux théoriques habituellement utilisés pour les scénarios de contagion. Nous démontrons l’existence de particularités topologiques dans les réseaux bancaires. Nous montrons que la position d’une banque dans ses réseaux de relations et les propriétés empiriques observées dans son voisinage affectent la stabilité du système financier. Nous montrons que ces topologies de relations ont été considérablement modifiées pendant et après la crise financière.
Classification JEL : G21, E44, L14, D85, G28.
Financial Stability Indices and Financial Networks Dynamics in Europe
While many analyses focus on the simulation of different contagion scenarios in the event of a crisis, there is little work devoted to the topology of financial networks. We investigate a sample of 260 European banks. The networks observed are unique and more sophisticated than the theoretical networks typically used in contagion scenarios. We show there are topological particularities in the banking networks. We demonstrate that the location of a bank in its networks of relationships and the empirical properties observed in its neighborhood have an impact on the stability of the financial system. In addition, we show that these topologies of connections have been significantly transformed both during and after the financial crisis.

Attitude face au risque et piratage de films en ligne
Marc Bourreau, Marianne Lumeau, François Moreau, Jordana Viotto da Cruz

Le but de cet article est d’étudier si l’attitude des internautes vis-à-vis du risque influence leur comportement de piratage de films. Cette question est importante car les mesures de lutte contre le piratage, telles que la riposte graduée de la Hadopi en France, ont pour objectif d’accroître les risques liés à cette activité. Dans cette étude, nous avons couplé des données individuelles issues d’une mesure expérimentale de la préférence pour le risque et d’une enquête par questionnaire sur l’attitude face au piratage. Sur un échantillon d’étudiants, les résultats indiquent que la préférence pour le risque n’est pas un déterminant de leur intensité de piratage en ligne de contenus cinématographiques. Ce résultat est cohérent avec ceux de précédentes études concluant à la faible efficacité des politiques publiques menées en matière de lutte contre le piratage.
Classification JEL : C81, C91, K42, Z1.
Attitude Toward Risk and Movies Digital Piracy
This paper aims at investigating whether the individual attitude towards risk is a predicator of the movie piracy behavior. This issue is of interest as public policy against digital piracy, such as the Graduated Response of the Hadopi law in France, aims at making piracy risky. In this paper, the attitude towards risk of French students, elicited using an experimental measure, are linked to survey data on digital piracy of movies. Our results indicate that attitude towards risk of the sample of students does not predict their online movie piracy behavior. This result is in line with previous studies showing the low efficiency of public policy against digital piracy.

Which Kind of Blockchain Application for Local Complementary Currencies?
Sothearath Seang, Dominique Torre

This paper examines the application of the blockchain technology to local complementary currencies through two consensus protocols: the Proof of Work (PoW) and the Proof of Stake (PoS). Given the increasing digitization of local currencies, and the challenges affecting their management and operation, we analyze the potential of a technological solution in addressing these issues. The case of local currencies with a blockchain is different from the case of cryptocurrencies as there is no speculation possible due to the one-to-one fixed exchange rate with the legal tender, and the geographical limit of use for local currencies. In this context, the blockchain offers different services and has different properties. The choice of the right validation process matters in this case, but also incentives of miners and validators to participate in the process.
JEL Codes: E42, R5.
Quel type de blockchain pour des monnaies complémentaires locales ?
Cet article examine les possibilités d’application d’une technologie de type blockchain au fonctionnement de monnaies complémentaires locales, en considérant deux types de protocoles de consensus : la preuve de travail et la preuve d’enjeu. Il s’attache en particulier à étudier leur application au contexte de digitalisation de ces monnaies. Une blockchain associée à une monnaie complémentaire locale se distingue profondément d’une blockchain associée à un crypto-actif : elle exclut tout usage spéculatif à la monnaie locale qui, contrairement aux crypto-actifs, a une parité fixe avec la monnaie légale et dispose d’un bassin de circulation restreint. Dans un tel cadre, une blockchain rend des services différents, elle a aussi des propriétés différentes. Le choix du protocole de consensus compte cependant, de même que le type d’incitation poussant les mineurs ou les validateurs à participer au réseau.

John R. Commons, penseur du travail
Benjamin Dubrion

Le travail constitue un objet d’étude majeur de l’économiste John R. Commons. L’objectif de cet article est d’interroger la mesure dans laquelle la perspective de Commons offre un cadre théorique éclairant l’importance que peut avoir le travail dans la vie humaine individuelle et collective, à rebours de la conception instrumentale du travail dominante en économie. En nous focalisant surtout sur les travaux de l’auteur menés entre 1901 et 1919 ainsi que sur ceux écrits ultérieurement dans une perspective davantage théorique, nous montrons que Commons considère le travail comme une activité fondamentale du point de vue psychologique et surtout politique à travers sa défense de la « démocratie industrielle ». Il apparaît alors comme un promoteur de la thèse de la « centralité du travail » peu présente chez les économistes.
Classification JEL : B15, B25, J53.
John R. Commons, work thinker
Work is a major subject of study by the economist John R. Commons. The objective of this article is to question the extent to which Commons’s perspective offers a theoretical framework that sheds light on the importance of work in individual and collective human life, in contrast to the instrumental conception of work that is dominant in economics. Focusing mainly on the author’s writings between 1901 and 1919, as well as on later works written from a more theoretical perspective, we show that Commons considers work as a fundamental activity from a psychological and, above all, political point of view through its defense of “industrial democracy.” He then appears as a promoter of the thesis of the “centrality of work,” which is not very present among economists.