Mars 2021, 72 (2) – Varia

Consultation sur Cairn
Image : Standsome CC0

Au sommaire

Quel est l’effet d’une réduction de la durée d’indemnisation du congé parental sur l’activité des mères ? Une évaluation de la réforme de 2015
Mathieu Narcy, Florent Sari
Imposition jointe des revenus et emploi des femmes mariées : estimation à partir du cas français
Clément Carbonnier
Croissance économique et production domestique en France (1985-2010)
Hippolyte d’Albis, Julien Navaux, Jacques Pelletan, François-Charles Wolff
De l’hyperinflation au « miracle monétaire » : l’expérience hongroise de 1945-1946
Ludovic Desmedt
Promouvoir le patrimoine pour un développement soutenable : le cas du tourisme dans les économies insulaires
Natalia Zugravu-Soilita, Vincent Géronimi, Christine Le Gargasson, Jessy Tsang King Sang
Postures et pratiques des économistes : convergence ou divorce ?
Gaël Plumecocq


Résumés / Abstracts

Quel est l’effet d’une réduction de la durée d’indemnisation du congé parental sur l’activité des mères ? Une évaluation de la réforme de 2015
Mathieu Narcy, Florent Sari
L’objectif de cet article est d’étudier dans quelle mesure la réforme du congé parental, entrée en vigueur en janvier 2015, a pu modifier la probabilité des mères d’avoir recours à ce dispositif, l’indemnisation ne couvrant plus désormais l’intégralité de la période allant de la naissance jusqu’à la scolarisation de l’enfant. Pour identifier l’effet causal de cette réforme, nous exploitons les données de l’enquête Emploi et mettons en œuvre une méthodologie combinant régression sur discontinuité et doubles différences. Cette réforme a eu pour conséquence de réduire la probabilité de recourir au congé parental à temps plein d’environ 10 points de pourcentage. En outre, les mères les plus particulièrement affectées par cette réforme sont les moins diplômées et les salariées du secteur privé.
Classification JEL : J13, J16, J18, J22.
What is the impact of reducing the parental leave benefit on mothers’ work? Evaluation of the 2015 reform
The aim of this article is to examine the extent to which the reform of parental leave, which came into force in January 2015, may have changed the likelihood of mothers using this system, since the parental leave benefit no longer covers the entire period from birth to the child’s schooling. To identify the causal impact of this reform, we use the data from the Labour Force Survey and implement an empirical methodology that combines a discontinuity design with a difference-in-differences approach. This reform has reduced the likelihood of taking full-time parental leave by around 10 percentage points. In addition, the mothers most affected by this reform are the least educated and private sector employees.

Imposition jointe des revenus et emploi des femmes mariées : estimation à partir du cas français
Clément Carbonnier

L’imposition jointe des revenus en France génère des discontinuités qui permettent d’estimer l’élasticité de la participation des femmes mariées à leur taux de rétention à la reprise d’emploi. Cet article estime ainsi des valeurs entre 1 et 2, cohérentes avec les évaluations dans d’autres pays avec d’autres méthodologies. L’analyse en sous-groupes révèle un profil en U avec les revenus au barème ; la réponse aux incitations fiscales est particulièrement forte en bas du barème. Hormis celles mariées à des hommes plus jeunes, les femmes de plus de 50 ans répondent plus fortement aux incitations fiscales, et plus encore lorsque leur époux est retraité. Les mères de familles nombreuses sont également plus réactives que les autres femmes mariées.
Classification JEL : H21, H31, J21.
Joint income taxation and labour force participation of married women: estimation from the French case
French joint income taxation generates discontinuities enabling to estimate the elasticity of labour force participation of married women with respect to the participation retention rate: this article estimates elasticities between 1 and 2, consistent with the assessments in other countries with other methodologies. Analysis in sub-groups reveals a U-shaped profile with respect to declared income; behavioural responses are particularly strong at the bottom of the income tax schedule. Apart from those married to younger men, women over 50 respond more strongly to tax incentives, and even more so when their husbands are retired. Mothers in large families are also more reactive than other married women.

Croissance économique et production domestique en France (1985-2010)
Hippolyte d’Albis, Julien Navaux, Jacques Pelletan, François-Charles Wolff

Cet article propose une réévaluation de la croissance économique en France entre 1985 et 2010, en intégrant la production domestique aux indicateurs de richesse du produit intérieur brut (PIB) et des revenus du travail. Au cours de la période, la croissance du PIB est surestimée de 0,35 point de pourcentage. Une décomposition temporelle révèle que la croissance est clairement surestimée au cours de la période 1985-2000, tandis qu’elle est plutôt sous-estimée au cours de la période 2000-2010. Le ralentissement de la croissance du PIB après les années 2000 est nettement moins évident lorsque l’on utilise l’indicateur élargi à la production domestique dont le taux de croissance passe de 1,6 % à 1,5 %.
Classification JEL : E26, J30, O17.
Economic growth and household production in France (1985–2010)
This paper suggests a reassessment of economic growth in France for the period 1985–2010 by incorporating household production to the indicators of GDP and labour income. The results show that GDP growth is overestimated by 0.35 point of percentage. When decomposing the period in two subsets, economic growth is significantly overestimated from 1985 to 2000, while it is underestimated from 2000 to 2010. Finally, while a significant economic downturn is observed after 2000 with GDP, the new indicator that merge household production and GDP does not evidence such a decline of wealth production (from 1.6% before 2000 to 1.5% after 2000).

De l’hyperinflation au « miracle monétaire » : l’expérience hongroise de 1945-1946
Ludovic Desmedt

Entre août 1945 et juillet 1946, la Hongrie a connu la pire crise inflationniste jamais recensée. Aux derniers moments de cet épisode, les prix augmentèrent de 150 000 % par jour. Cette séquence a donné lieu à de nombreuses analyses, que ce soit au moment de l’envolée des prix avec les articles de Kaldor et Nogaro, ou par la suite avec les travaux de Cagan ou de Sargent et Wallace. Cependant, l’approche monétariste échoua à fournir une explication satisfaisante de ce cas, que ce soit dans la modélisation des comportements pendant la flambée des prix, ou dans l’explication de la sortie de crise. Nous revenons sur cet épisode pour insister en premier lieu sur la politique très particulière d’indexation de la monnaie qui a instauré un régime bimonétaire ; dans un second temps, on s’attache à la stratégie de stabilisation et à ses effets distributifs. Finalement, la prise en compte de ces éléments permet d’élucider la virulence de la crise hongroise.
Classification JEL : B22, E31, E42, N14.
From hyperinflation to the “currency miracle”: the Hungarian case, 1945-1946
Between August 1945 and July 1946, Hungarians experienced the worst inflation crisis ever recorded. In the last moments of the episode, prices rose by 150,000% per day. These events produced a vast literature, whether at the time of the crisis with the articles of Kaldor and Nogaro, or later with the works of Cagan, Sargent and Wallace. However, the monetarist approach failed to provide a satisfactory explanation of this case, either in the modelling of behaviours during the price spike, or in the explanation of the end of the crisis. We return to this episode to emphasize in a first part the very specific policy of currency indexation that established a bi-monetary regime. Secondly, the stabilization strategy and its distributive effects are considered: taking these factors into account helps us to elucidate the virulence of the Hungarian crisis.

Promouvoir le patrimoine pour un développement soutenable : le cas du tourisme dans les économies insulaires
Natalia Zugravu-Soilita, Vincent Géronimi, Christine Le Gargasson, Jessy Tsang King Sang

Cet article explore la question de la soutenabilité du développement par le biais d’un tourisme différencié pour les petits États insulaires en développement (PEID). Nous testons de manière empirique l’hypothèse selon laquelle le seuil que nous trouvons dans la relation entre la spécialisation dans le tourisme (la part du tourisme dans le PIB) et l’épargne véritable (mesure de la soutenabilité faible) est lié, lorsqu’il existe, aux différences de stratégies dans le développement du tourisme, y compris à la mobilisation des ressources patrimoniales. Nous confirmons l’opinion commune selon laquelle un tourisme fondé sur le patrimoine est la bonne solution pour un développement soutenable dans les PEID qui s’appuient fortement sur des activités touristiques. Toutefois, cette stratégie compromettrait l’épargne véritable dans les PEID peu spécialisés dans le tourisme, pour lesquels des stratégies touristiques alternatives (par exemple, le tourisme de masse) seraient plus appropriées pour atteindre la soutenabilité macroéconomique.
Classification JEL : Z32, O57, Q01.
Promoting Heritage for a Sustainable Development: The Case of Tourism in the Island Economies
The question of sustainability takes a specific dimension for Small Island Developing States (SIDS). Their economic opportunities in the global market are limited by their smallness and remoteness. Hence, over the last decades, SIDS have adapted to these constraints by following specific paths of development. Several authors have emphasized the role of rents (measured as the difference between the price of a product and all the unitary costs of production, including a “normal” rate of profit) in these economies (Bertram [1999]). Rents can be very diverse, grounded in history (in the form of financial transfers from a former colonial power), in human capital (remittances), or stemming from natural endowments valorization (sub-soil assets) or from market positioning through product differentiation (Bertram and Poirine [2007]). Macroeconomic sustainability—the transmission of wealth to future generations—would thus suppose the capacity to maintain those rents over time, or to invest in new sources of rents. This paper focuses on tourism as a potential source of economic rents, especially in the SIDS, and explores the specific conditions under which tourism could contribute to sustainable development.
In the literature, it is well established that tourism is a possible economic specialization and is often a source of growth (Lanza and Pigliaru [2000]; Pablo-Romero and Molina [2013]), in particular for the development of small island economies (Hampton and Jeyacheya [2013]; Seetanah [2011]; Pratt [2015])…

Postures et pratiques des économistes : convergence ou divorce ?
Gaël Plumecocq

Les récentes disputes qui ont animé la communauté des économistes français depuis les années 2010 ont progressivement polarisé la discipline. Le présent article a pour ambition d’objectiver les différents univers de croyances épistémologiques, à partir d’un questionnaire adressé aux membres de deux associations académiques. La classification statistique opérée a permis de qualifier les postures de quatre groupes d’économistes. Ces résultats permettent de discuter les caractéristiques des différents groupes (articulation théorie-empirie), ainsi que les termes identitaires de la recomposition du paysage académique : hétérogénéité de l’économie standard et rapports différenciés entre les différents groupes d’économistes.
Classification JEL : A11, A14, B50, I20.
Approaches and practices of the French economists: converging or breaking?
The recent disputes that have taken place within the French economic community have progressively divided economics. The purpose of this article is to objectify the different universes of epistemological beliefs. It is based on a questionnaire sent to the members of two academic associations. The statistical classification used made it possible to qualify the disciplinary approaches of four groups of economists. These results allow discussing the characteristics of the different groups (theory-empirical articulation). We then identified how the disciplinary landscape is being reshaped: standard economics appears relatively heterogenic; and the different groups of economists have differentiated relationships.