Vient de paraître : n°2015-4, Juillet 2015

couv_juilletPublié le 22/06/2015

Le nouveau numéro de la Revue économique est en ligne sur Cairn.

Ce numéro spécial publie une sélection de cinq communications présentées lors des 31es Journées de microéconomie appliquée (JMA), qui se sont déroulées à Clermont-Ferrand les 5 et 6 juin 2014, à l’initiative du Centre d’études et de recherches sur le développement international (CERDI). La conférence inaugurale de Marcel Fafchamps, micro-économiste du développement à l’Université de Stanford, invité lors de ces journées, figure parmi ces contributions.

Deux articles de Varia complètent ce numéro.

Au sommaire :

Avancées de la recherche en microéconomie appliquée,

à l’occasion des XXXIes JMA (Clermont-Ferrand 2014)

  • « Introduction« , par Catherine Araujo Bonjea, Simone Bertoli et Vianney Dequiedt

Consulter l’article

  • « Causal Effects in Social Networks » par Marcel Fafchamps

Cet article passe en revue la littérature récente sur l’estimation causale des effets de pairs. Après une discussion de la causalité en général, j’introduis le modèle standard d’effets de pairs dans les réseaux et je donne une illustration du problème de réflexion. Je présente ensuite différentes approches de l’inférence causale avec des données d’observation, avant d’introduire les approches expérimentales. Je passe en revue les problèmes d’estimation qui sont soulevés par les erreurs de mesure et d’échantillonnage, et je discute la façon dont ils affectent l’inférence causale dans les expériences d’effets de réseau et d’effets de pairs. La dernière section de l’article élargit la discussion pour couvrir les effets de pairs dynamiques et la formation des liens, et illustre les différentes significations que peut revêtir le concept de causalité dans l’estimation des effets de pairs.

Consulter l’article

  • « La collusion dans les formes » de Kouroche Vafaï

Cet article étudie la collusion à l’intérieur des firmes, l’un des principaux thèmes de l’économie des organisations. Lorsqu’un principal emploie un superviseur pour obtenir des informations sur la production d’un agent, la relation hiérarchique de mandat est exposée à la formation de coalitions et à la rétention d’informations par le superviseur. Nous élargissons le cadre d’analyse du modèle standard, dans lequel seule la collusion entre le superviseur et l’agent est admise, en y intégrant la possibilité de la collusion entre le principal et le superviseur. La firme peut prévenir les deux formes de collusion, les tolérer toutes les deux, ou tolérer l’une d’elles et prévenir l’autre. Nous montrons que la politique optimale d’une firme hiérarchique exposée à de multiples formes de collusion est la prévention totale. L’article étudie par la suite les conséquences structurelles de l’exposition de la firme à la collusion.

Consulter l’article

  • « Le double rôle du paiement mobile dans les pays en développement » de Laetitia Chaix et Dominique Torre

Cet article analyse la capacité des solutions de paiement mobile à améliorer l’inclusion financière dans les pays en développement. Il est élaboré à partir des expériences observées dans les régions rurales de pays d’Afrique de l’Est dans lesquelles les services de paiement mobile se sont développés rapidement. Avec un modèle dynamique simple qui rationalise l’adoption des services mobiles de paiement distants, nous analysons le rôle des opérateurs téléphoniques dans l’inclusion financière. Nous soulignons l’intérêt d’une offre diversifiée de services m-paiement incluant une solution simplifiée proposée par l’opérateur seul, et des services plus élaborés associant un partenaire financier. Nous expliquons comment une telle offre diversifiée, et notamment la présence en son sein d’une innovation « frugale », peut améliorer l’inclusion financière susceptible d’être obtenue sur la base de la seule formule plus avancée, offerte en collaboration par un opérateur et une banque.

Consulter l’article

  • « La pêche professionnelle est-elle un facteur d’attractivité récréative sur le littoral ? » par Carole Ropars-Collet, Mélody Leplat, Philippe Le Goffe et Marie Lesueur

La pêche professionnelle peut être vue comme une activité multifonctionnelle, puisqu’elle ne fournit pas uniquement des produits de base, mais a aussi d’autres fonctions (environnementales, sociales, territoriales, etc.). Dans cet article, on s’intéresse aux aménités produites par la pêche, telles que la présence de bateaux de pêche ou de vente directe par les pêcheurs, qui peuvent conditionner les choix individuels de visite sur le littoral. Nous cherchons à évaluer les consentements à payer pour ces aménités en utilisant une méthode d’expériences de choix. Pour cela, une large enquête a été conduite dans les départements limitrophes de la Manche et de la mer du Nord en France auprès de mille personnes.

Consulter l’article

  • « Indices de prix à utilité constante et substitutions intermensuelles » par Patrick Sillard et Lionel Wilner

Cet article propose de mesurer l’évolution du coût de la vie à l’aide d’un indice à utilité constante issu de préférences emboîtées mensuellement, afin de rendre compte de substitutions entre les mois d’une même année. Une simulation évalue ce biais de substitution intermensuelle entre 0,02 et 0,1 point, soit une part significative du biais total de substitution compris entre 0,05 et 0,4 point. En pratique, cet article suggère de pondérer l’indice de prix annuel par les dépenses mensuelles de consommation des ménages et de calculer plutôt un indice de Fisher.

Consulter l’article

*    *    *

VARIA

  • « La macroéconomie-en-risque » de Christophe Boucher et Bertrand Maillet

Nous proposons de mesurer les risques macroéconomiques extrêmes à partir d’une mesure jusqu’ici dédiée aux risques financiers : la VaR. Nous évaluons de manière dynamique à l’aide de régressions quantiles les risques extrêmes de l’activité. À partir de données mensuelles des États-Unis sur la période 1975M3-2012M7, nous montrons que les dysfonctionnements de l’intermédiation financière entraînent une augmentation du risque de désastre économique, c’est-à-dire de récession sévère.

Consulter l’article

  • « Crise de la zone euro, intégration financière et rationnement bancaire«  de Vincent Duwicquet et Jacques Mazier

À l’aide d’un modèle « stock flux consistent » (sfc), nous étudions la portée du financement bancaire intra-zone en matière de crédit et d’achat de titres publics. Plusieurs résultats se dégagent. Le recours au crédit intra-zone n’a aucun rôle de stabilisation spécifique dans le cas où la banque centrale est prêteur en dernier ressort. Concernant le financement des États, nous introduisons dans le modèle la possibilité d’un rationnement bancaire par les taux d’intérêt sur les titres publics. La hausse des taux contribue à un ralentissement cumulatif. Dans ce contexte, le recours au financement intra-zone (mécanisme européen de stabilité, financement bancaire ou intervention de la banque centrale) peut jouer un rôle de stabilisation, à condition qu’il ne s’accompagne pas de plans d’austérité budgétaire. Ces résultats illustrent les mécanismes à l’œuvre dans la crise des pays du Sud de l’Europe.

Consulter l’article