Novembre 2019, 70 (6) – Panorama des enseignements récents de l’économie comportementale

Homme d'affaires qui court avec une valise

Deux dossiers :
.Émotions et éthique : l’apport de l’économie comportementale, Prix de la Revue économique 2018

.Développements récents de l’économie comportementale et expérimentale, 9e conférence internationale de l’Association française d’économie expérimentale (Nice, 2018)

Le Prix de la Revue économique 2018 couronne une économiste française, Marie Claire Villeval, directrice de recherche au CNRS, l’une des figures mondiales de la recherche en économie comportementale. Ses travaux, à la confluence de l’économie et des sciences du comportement, recourent aux expériences de laboratoire pour comprendre les décisions économiques.
Les deux dossiers réunis dans ce numéro offrent un large aperçu de cette approche. Dirigé par Nicolas Jacquemet et Marie Claire Villeval, le premier, « Émotions et éthique : l’apport de l’économie comportementale », rassemble les contributions présentées lors de la remise du prix. Le second, « Développements récents de l’économie expérimentale et comportementale », dirigé par Giuseppe Attanasi, Agnès Festré et Nicolas Jacquemet, présente les actes de la conférence annuelle 2018 de l’Association française d’économie expérimentale.
Image : geralt

Consultation sur Cairn

Au sommaire : 

Panorama des enseignements récents de l’économie comportementale

Émotions et éthique : l’apport de l’économie comportementale,
Prix de la Revue économique 2018


Marie Claire Villeval, lauréate du Prix de la Revue économique 2018
Nicolas Jacquemet

Sealed Envelope Submissions Foster Research Integrity
Martin Dufwenberg et Peter Martinsson

Are Victims Truly Worse Off in the Presence of Bystanders? Revisiting the Bystander Effect
Hanna Fromell, Daniele Nosenzo, Trudy Owens et Fabio Tufano

Doing Bad to Look Good: Negative Consequences of Image Concerns on Prosocial Behavior
Ivan Soraperra, Anton Suvorov, Jeroen Van de Ven et Marie Claire Villeval

Strategic Ethics: Altruism without the Other-Regarding Confound
Giuseppe Attanasi, Kene Boun My, Nikolaos Georgantzís et Miguel Ginés

Personality Traits and Endogenous Group Formation
James Ahloy et John R. Hamman

Comportements (non) éthiques et stratégies morales
Marie Claire Villeval

Développements récents de l’économie comportementale et expérimentale,
9e conférence internationale de l’Association française d’économie expérimentale (Nice, 2018)

Introduction
Giuseppe Attanasi, Agnès Festré et Nicolas Jacquemet

Mesurer les orientations de l’identité pour comprendre les préférences : une validation française du questionnaire sur les aspects de l’identité
Rémi Yin et Fabrice Etilé

A Dual-Process Memory Account of How to Make an Evaluation from Complex and Complete Information
Ismaël Rafaï, Sébastien Duchêne, Eric Guerci, Ariane Lambert-Mogiliansky et Fabien Mathy

Mesure de Holt et Laury et décisions d’assurance : une même attitude face au risque ?
Une expérience de laboratoire

Anne Corcos, François Pannequin et Claude Montmarquette

L’exclusion comme levier d’incitation à la provision de biens publics ?
Jocelyn Groff et Anne Rozan

Menacer, sanctionner ou conseiller ? Prosociaux vs individualistes : quels leviers incitatifs pour quels individus ?
Agnès Festré, Ankinée Kirakozian et Mira Toumi

Comportements pro-environnementaux et exposition à la nature : une étude expérimentale
Lisette Ibanez, Jean-Charles Latourte et Sébastien Roussel

Égoïste maintenant, ou altruiste (pour) demain ? Stratégies inter vs intragénérationnelles pour la conservation d’une ressource commune
Ivan Ajdukovic, Eli Spiegelman et Angela Sutan

Lutte contre les cartels multimarchés : une comparaison expérimentale des programmes de clémence américain et européen
Karine Brisset, François Cochard et Eve-Angéline Lambert

Lutte contre les cartels : comment dissuader les têtes brûlées ?
Béatrice Boulu-Reshef et Constance Monnier-Schlumberger

Gender Differences in Legal Disputes: The Case of French Labor Courts
Nikolaos Georgantzís, Julie Le Gallo, Emmanuel Peterle et Jean-Christian Tisserand

« Dis-moi ce que tu penses de la propriété intellectuelle, je te dirai qui tu es »
Rémy Guichardaz, Thomas Coudert, Herrade Igersheim, Mathieu Lefèbvre et Julien Pénin

Discontent with Taxes and the Timing of Taxation: Experimental Evidence
Radu Vranceanu, Angela Sutan et Delphine Dubart

***********

Résumés / Abstracts

Panorama des enseignements récents de l’économie comportementale

Émotions et éthique : l’apport de l’économie comportementale,
Prix de la Revue économique 2018

Marie Claire Villeval, lauréate du Prix de la Revue économique 2018
Nicolas Jacquemet
Chers collègues, chère Marie Claire,
Étant donné l’impressionnante recherche interdisciplinaire que tu as menée au cours des années et ton implication constante dans la communauté académique française, c’est avec grand plaisir que je te remets le Prix de la Revue économique 2018 au nom de l’Association Revue économique.
Les raisons de ce choix sont fortement liées à l’ADN de la revue elle-même. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas en détail ses objectifs et son histoire, la Revue économique est une revue scientifique créée en 1950 dans le but de promouvoir la recherche quantitative au sein de la communauté francophone. En tant que telle,..

Sealed Envelope Submissions Foster Research Integrity
Martin Dufwenberg et Peter Martinsson
Because journals favor clear stories, researchers may gain by engaging in scientific misconduct, ranging from shady practices like collecting more data hoping for significance to outright data fabrication. To set researchers’ incentives straight, we propose sealed envelope submissions, where editors’ and referees’ evaluations are based only on the interest of the research question and on the proposed empirical method. We argue that researchers who are inherently honest and who would not have cheated anyway will not be hurt by our protocol, but rather be helped by being protected.
Une procédure de soumission par enveloppes scellées pour promouvoir l’intégrité scientifique
Parce que les revues préfèrent des résultats clairs, les chercheurs peuvent être tentés de s’engager dans des pratiques non éthiques, allant de la collecte de données supplémentaires pour atteindre un seuil de significativité jusqu’à la création de fausses données. Pour redresser les incitations des chercheurs, nous proposons un mécanisme par lequel les soumissions sont proposées sous enveloppe scellée. Les évaluations des éditeurs et des rapporteurs ne sont fondées que sur l’intérêt de la question de recherche et la méthode empirique proposée. Nous soutenons que les chercheurs honnêtes ne seront pas lésés par ce mécanisme, mais seront plutôt aidés par une meilleure protection.
JEL Codes: A19, B49

Are Victims Truly Worse Off in the Presence of Bystanders? Revisiting the Bystander Effect
Hanna Fromell, Daniele Nosenzo, Trudy Owens et Fabio Tufano
Previous studies have shown that individuals are less likely to help a person in need when there are “bystanders” present who can also offer help. We designed an experiment to re-examine this “bystander effect” using modified dictator games. We find lower giving rates in the presence of bystanders, confirming the existence of a bystander effect. However, we also show that the recipient’s welfare is greater when bystanders are present, challenging the usual interpretation that the bystander effect is due to an erosion of prosocial values and social norms.
La situation des victimes empire-t-elle vraiment en présence de témoins ? Un réexamen de L’« effet du témoin »
Des études antérieures ont montré que la volonté d’aider une personne dans le besoin est plus faible en présence de « témoins » qui peuvent également offrir leur aide. Nous proposons un réexamen expérimental de cet « effet du témoin » à l’aide de jeux du dictateur modifiés. Les taux de transfert observés sont inférieurs en présence de témoins, ce qui confirme l’existence d’un effet du témoin. Cependant, les résultats montrent également que le bien-être du receveur est supérieur lorsque des témoins sont présents, ce qui remet en cause l’interprétation habituelle selon laquelle l’effet du témoin est dû à une érosion des valeurs prosociales et des normes sociales.
JEL Codes: C92, D64.

Doing Bad to Look Good: Negative Consequences of Image Concerns on Prosocial Behavior
Ivan Soraperra, Anton Suvorov, Jeroen Van de Ven et Marie Claire Villeval
Several studies show that social image concerns stimulate prosocial behavior. We study a setting in which there is uncertainty about which action is prosocial. Then, the quest for a better social image can potentially conflict with genuinely prosocial behavior. This conflict can induce “bad” behavior, where people lower both their own and others’ material payoffs to preserve a good image. This setting is relevant for various types of credence goods. For example, recommending an inexpensive treatment reduces the expert’s profits and may not satisfy the true needs of the client, but is generally good for the expert’s image (as it signals the lack of greed). We test experimentally if people start to act bad in order to look good. We find that people care about their social image, but social image concerns alone do not induce them to act bad. That is, without future interactions, social image concerns do not lead to bad behavior. However, with future interactions, where building up a good image has instrumental value (reputational concerns), we do find evidence of bad behavior in the short run to secure higher earnings in the long run.
Mal agir pour bien paraître : Les effets négatifs des préoccupations d’image sur les comportements prosociaux
Plusieurs études montrent que les préoccupations d’image sociale stimulent les comportements prosociaux. Nous étudions un contexte dans lequel il existe une incertitude sur l’action qui est prosociale. La quête d’une meilleure image sociale entre alors potentiellement en conflit avec le comportement prosocial. Ce conflit peut induire un « mauvais » comportement, où les individus réduisent leurs gains monétaires et ceux des autres afin de préserver une bonne image. Ce phénomène s’applique à divers types de biens de confiance. Par exemple, recommander un traitement bon marché réduit le profit de l’expert et risque de ne pas satisfaire le véritable besoin du client, mais est généralement bon pour l’image de l’expert (en signalant une absence de cupidité). Nous testons expérimentalement si les individus décident parfois de mal agir afin de bien paraître. Nous constatons que les individus se soucient de leur image, mais ces préoccupations seules ne les induisent pas à mal agir. Sans perspectives de futures interactions, les soucis d’image ne justifient pas un mauvais comportement. En revanche, quand la perspective de futures interactions donne une valeur instrumentale à la construction d’une bonne image (problèmes de réputation), nous observons des mauvais comportements à court terme afin d’assurer des revenus supérieurs à long terme.
JEL Codes: C92, D82, D91.

Strategic Ethics: Altruism without the Other-Regarding Confound
Giuseppe Attanasi, Kene Boun My, Nikolaos Georgantzís et Miguel Ginés
In a two-stage investment-effort game, we model altruistic investment in another agent’s capacity to benefit from synergies between the two agents’ efforts. We conduct the theoretical analysis of the game by assuming that agents who invest in others have no direct utility from their giving behavior, i.e., without considering other-regarding preferences. Results of a laboratory experiment confirm our behavioral prediction that, for a low enough investment cost, subjects coordinate on a positive complementarity-building investment, which in turn boosts their effort in the second stage. The latter increases in both own and others’ complementarity-building investment, as predicted by our model. All this holds independently of subjects’ risk and inequity aversion.
L’éthique stratégique : l’altruisme épuré de l’effet de la considération pour autrui
Dans un jeu d’investissement et effort en deux étapes, nous modélisons l’investissement « altruiste » dans la capacité d’un autre agent à bénéficier des synergies entre les efforts des deux agents. Notre analyse théorique est développée en supposant que les agents ne retirent pas une utilité directe de leur investissement « altruiste », c’est-à-dire sans tenir compte des préférences des autres au sein de leur propre utilité. Les résultats d’une expérience en laboratoire confirment notre prédiction comportementale que, pour un coût d’investissement suffisamment bas, les sujets se coordonnent sur un investissement positif, ce qui, à son tour, augmente leur effort dans la deuxième étape. Cet effort dépend positivement à la fois du propre investissement et de celui de l’autre agent, tel que prévu par notre modèle. Ce comportement est observé indépendamment des préférences des sujets à l’égard du risque et de l’inégalité.
JEL Codes : C72, C73, C91, D64.

Personality Traits and Endogenous Group Formation
James Ahloy et John R. Hamman
Using a public goods game in which participants can select their groups, we investigate the role that personality plays in contribution behavior and group selection as the information available to participants about groups varies. We find that when participants only have access to information about the average personality profiles of groups, reliable relationships exist between personality traits and contribution behavior, and participants who are more agreeable than their group members on average are more likely to remain in their groups. However, when participants have access to historical contribution information about groups, both by itself and along with personality information, the relationship between personality traits and contribution behavior varies, and no reliable relationships between personality and movement exist.
Traits de Personnalité et Formation Endogène des Groupes
À l’aide d’un jeu de biens publics dans lequel les participants peuvent sélectionner leurs groupes, nous examinons le rôle que joue la personnalité dans le comportement de contributions et dans la sélection du groupe grâce à la variation des informations disponibles sur les groupes. Nous constatons que lorsque les participants ont uniquement accès aux informations sur les profils de personnalité moyens des membres du groupe, il existe une relation fiable entre traits de personnalité et comportement de contribution, et les participants qui sont plus agréables que la moyenne des membres de leur groupe ont plus de chances de rester dans leur groupe. Cependant, lorsque les participants ont accès aux informations sur l’historique des contributions des membres du groupe, à la fois en isolation ou en plus des informations sur la personnalité, le lien entre traits de personnalité et comportement de contribution varie et il n’existe plus de relation fiable entre la personnalité et la mobilité.
JEL Codes: C92, H41.

Comportements (non) éthiques et stratégies morales
Marie Claire Villeval
a théorie du crime de Gary Becker a été mise à mal par une accumulation de preuves expérimentales qui ont mis en évidence une aversion intrinsèque des agents économiques au mensonge et l’importance de leurs croyances sur la perception de leur conduite morale par autrui. Cherchant à préserver leur réputation et leur image quand leurs actes génèrent des externalités négatives, les individus développent une variété de stratégies leur permettant de motiver leurs croyances et accroître l’incertitude, générant des limitations cognitives motivées. Nous illustrons ces stratégies à travers un ensemble de recherches récentes qui témoignent de l’émergence d’une véritable théorie comportementale alternative des choix moraux.
Unethical behavior and moral strategies
Gary Becker’s theory of crime has been undermined by an accumulation of experimental evidence that has highlighted the intrinsic lying aversion of economic agents and the importance of their beliefs on the perception of their moral conduct by others. Seeking to preserve their reputation and image when their actions generate negative externalities, individuals develop a variety of strategies to motivate their beliefs and increase uncertainty, generating motivated cognitive limitations. We illustrate these strategies through a set of recent research that testifies to the emergence of an alternative behavioral theory of moral choices.
JEL Codes: C9, D91, K42.

Développements récents de l’économie comportementale et expérimentale,
9e conférence internationale de l’Association française d’économie expérimentale (Nice, 2018)

Introduction
Giuseppe Attanasi, Agnès Festré et Nicolas Jacquemet
La méthode expérimentale et l’économie comportementale ne font que consolider leur place au sein de l’économie depuis une vingtaine d’années. Après les deux lauréats du prix Nobel d’économie en 2002, Daniel Kahneman et Vernon Smith, c’est au tour de Richard Thaler, figure pionnière de la finance comportementale et artisan de l’opérationnalisation du programme de recherche sur les biais et les heuristiques de Kahneman et Tversky via les nudges, de le remporter en 2017. Alvin Roth, lauréat en 2012 pour ses contributions au design de marchés, figure aussi parmi les chercheurs qui ont contribué à asseoir la méthode expérimentale comme moyen d’investigation scientifique et d’aide à la décision publique.
Afin de rendre compte de la vivacité de ce programme de recherche notamment au sein de la communauté des économistes francophones, ce numéro rassemble des contributions présentées lors de la 9e conférence annuelle de l’Association française d’économie expérimentale qui s’est tenue à Nice.

Mesurer les orientations de l’identité pour comprendre les préférences : une validation française du questionnaire sur les aspects de l’identité
Rémi Yin et Fabrice Etilé
Les concepts et travaux récents de la recherche en psychologie de l’identité peuvent permettre de mieux comprendre la formation et la dynamique des préférences économiques. Dans cette perspective, nous proposons une traduction française du questionnaire Aspects of Identity IV (AIQ-IV) qui mesure l’orientation individuelle de l’identité subjective selon ses dimensions personnelle, relationnelle, publique et collective (Cheek et Briggs [1982], [2013]). Cette étude de validation psychométrique teste les validités interne et externe de l’échelle sur un échantillon représentatif de jeunes adultes français (N = 1 118). Les analyses factorielles exploratoires et confirmatoires révèlent une structure à quatre facteurs qui correspond bien aux aspects personnel, relationnel, public et collectif de l’identité. Les réponses individuelles sont stables dans le temps. De plus, tout en étant modérément corrélée à des construits psychologiques connexes (estime de soi, estime de soi sociale, conscience de soi), les dimensions de l’AIQ-IV prédisent, à des degrés variés, les préférences pour le risque et le temps ainsi que les préférences sociales, mesurées grâce à des échelles de Likert ou des choix hypothétiques.
Measuring identity orientations for understanding preferences: A French validation of the aspects-of-identity questionnaire
Concepts and results from the psychological research on identity may provide better understanding of the formation and dynamics of economic preferences. In this perspective, we propose a French translation of the Aspect of Identity IV (AIQ-IV) psychometric questionnaire, which measures the orientation of subjective identity along personal, relational, public, and collective dimensions (Cheek et Briggs [1982], [2013]). The psychometric validation study checks the internal consistency, as well as the four-dimensional factorial structure, of the questionnaire in a representative sample of French young adults (N = 1,118). Exploratory and confirmatory factor analyses of item responses reveal a four-factor structure that corresponds to the personal, relational, public, and collective aspects of identity. Individual responses are found to be stable over time. In addition, while being correlated with similar psychological constructs (self-esteem, social self-esteem, self-consciousness), dimensions of the AIQ also predicts risk, time, and social preferences as measured by Likert scales and hypothetical choices.
JEL Codes: B41, C38, D91.

A Dual-Process Memory Account of How to Make an Evaluation from Complex and Complete Information
Ismaël Rafaï, Sébastien Duchêne, Eric Guerci, Ariane Lambert-Mogiliansky et Fabien Mathy
Individuals are required to cope with uncertain, dispersed, incomplete, and incompatible sources of information in real life. We devised an experiment to reveal empirical “anomalies” in the process of acquisition, elaboration and retrieval of economic related information. Our results support the existence of a dual process in memory that is posited by the fuzzy-trace theory: acquisition of information leads to the formation of a gist representation which may be incompatible with the exact verbatim information stored in memory. We gave participants complex and complete information and then measured their cognitive ability. We conclude that individuals used their gist representation rather than processing verbatim information appropriately to make an evaluation. Finally, we provide evidence that subjects with low cognitive abilities tend to demonstrate more often this specific behavior.
Un processus de mémoire dual permet d’expliquer des évaluations basées sur une information complexe et complète
Dans la vie réelle, les individus font face à des sources d’informations incertaines, dispersées, incomplètes et incompatibles. Nous proposons une expérience visant à révéler des « anomalies » dans le processus d’acquisition, d’élaboration et de récupération d’informations économiques. Nos résultats corroborent l’existence d’un processus de mémorisation dual proposé par la fuzzy-trace theory : l’acquisition d’informations conduit à la formation de représentations « gist » qui peuvent être incompatibles avec l’exact verbatim des informations rencontrées et stockées en mémoire. Nous avons donné aux participants des informations complexes et complètes, puis mesuré leurs capacités cognitives. Nous concluons qu’afin de procéder à une évaluation, les participants ont préféré l’usage de leurs représentations gist à un traitement approprié de l’information verbatim. Enfin, nous montrons que ce comportement est plus présent chez les participants ayant des capacités cognitives moins élevées.
JEL Codes: C91, D83, D89.

Mesure de Holt et Laury et décisions d’assurance : une même attitude face au risque ?
Une expérience de laboratoire

Anne Corcos, François Pannequin et Claude Montmarquette
L’attitude face au risque est un élément fondamental de la théorie de la décision et, en particulier, de la théorie de l’assurance. À l’aide d’une expérimentation fondée sur un modèle théorique, cet article examine si les attitudes face au risque (aversion ou goût pour le risque) obtenues à l’aide de la procédure de Holt et Laury [2002] sont corrélées avec celles inférées des décisions d’assurance en laboratoire. Nos résultats mettent en évidence la grande cohérence des attitudes vis-à-vis du risque évaluées à l’aide de ces deux procédures : pour plus des deux tiers des sujets rationnels, les deux mesures conduisent à la même affectation. De plus, l’intensité de l’aversion ou du goût pour le risque mesurée par la procédure de Holt et Laury fournit une bonne estimation du montant de couverture demandée.
Holt and Laury Measures and Insurance Decisions: A Similar Risk Attitude? A Lab Experiment
Risk attitude is a significant element in decision theory and, in particular, in insurance. Based on a theory-driven experiment, this paper examines at a within-subject level whether the risk attitudes elicited using the standard Holt and Laury (HL) procedure [2002] correlate with those inferred from insurance decisions. Our findings highlight the high consistency of risk attitudes assessed using HL and hedging procedures: for more than two-thirds of the rational subjects, both measures lead to the same risk-attitude assignment. Moreover, the risk aversion intensity measured with HL provides a fair estimate of the extent of the demand for coverage.

L’exclusion comme levier d’incitation à la provision de biens publics ?
Jocelyn Groff et Anne Rozan
L’exclusion pourrait être un levier d’incitation à plus de contributions en ce qu’elle permet de se prémunir des passagers clandestins (Swope [2002]). Nous avons testé expérimentalement l’effet de l’exclusion lorsque celle-ci prend la forme d’une contribution minimale très faible. Notre résultat est que la seule exclusion dans ce cas ne permet pas d’avoir un impact significatif sur la contribution au bien public. Ce résultat, bien que décevant, est finalement assez cohérent avec le résultat de Bchir et Willinger [2012] qui montrent que l’incitation liée à un faible coût d’entrée ne joue plus si le seuil est élevé dans le cas de bien public avec seuil.
Exclusion as an incentive tool for the provision of public goods?
Exclusion appears to be a good incentive in order to increase contributions to the public good as it excludes from the benefits the free-riders (Swope [2002]). We investigate experimentally whether exclusion leads to increased performance in linear public goods, when membership is very low. Our result shows that in our case the existence of exclusion does not succeed in increasing cooperation. This unexpected result is paradoxically supported by Bchir and Willinger [2012] who found that at a high threshold level, the membership fee no longer ensures successful provision.
JEL Codes: C92, H41.

Menacer, sanctionner ou conseiller ? Prosociaux vs individualistes : quels leviers incitatifs pour quels individus ?
Agnès Festré, Ankinée Kirakozian et Mira Toumi
Cet article étudie et compare l’impact d’une sanction monétaire collective (par le biais d’une augmentation de la pression fiscale) par rapport à celui d’une recommandation par un tiers dans le cadre d’un jeu de bien public « à la Andreoni [1993] » autorisant la possibilité d’effet d’éviction. Nous testons également la corrélation entre l’effet des incitations et l’orientation sociale des sujets (au moyen d’un test SVO) sur les dispositions à contribuer au bien collectif. Nos résultats montrent que globalement la sanction est plus efficace que la recommandation et qu’en outre la menace de sanction a un effet disciplinant. Cependant, la sanction ainsi que sa menace ont un impact différencié selon l’orientation sociale des sujets. En particulier, contrairement aux individualistes et aux compétiteurs, les individus prosociaux n’y sont pas significativement sensibles.
Threat, sanction or advice? Prosocials vs. individualists: Which incentive for whom?
In this article we investigate and compare the effect of a collective sanction (namely, an increase of the tax burden) with a recommendation, both from a third-party, in a public good game “à la Andreoni [1993]” where crowding-out is possible. Furthermore, we test for the correlation between the incentives and the social orientation of subjects on cooperation by using a social value orientation (SVO) test. Our results show that, in general, the sanction is more powerful than the recommendation but also that the threat of punishment has a disciplinary impact by enhancing cooperation. Moreover, we show that both sanction and its threat have a different impact according to the social orientation of subjects: contrary to individualists and competitors, prosocials are not significantly sensitive to both.
JEL Codes: Q53, C91, D03.

Comportements pro-environnementaux et exposition à la nature : une étude expérimentale
Lisette Ibanez, Jean-Charles Latourte et Sébastien Roussel
L’objectif de cet article est d’analyser si les comportements pro-environnementaux peuvent être renforcés par le simple fait de mettre les individus dans un cadre qui rappelle la nature. Pour ce faire, nous avons réalisé une expérience en laboratoire où nous avons créé des cadres de décision dits de nature vs urbain (à travers le visionnage de vidéos), et nous avons observé deux types de comportements : une donation monétaire à une organisation non gouvernementale (ONG) environnementale (éco-don) et un effort pour recycler sous la forme d’un geste vert (éco-geste). Nous montrons que les participants mis dans un contexte de nature sont plus incités à donner, donnent en moyenne plus et recyclent en plus grand nombre comparativement aux participants ayant été mis dans un contexte urbain. Les résultats mettent également en avant qu’il n’existe pas de lien entre le comportement de don et la décision de recyclage. Notre travail donne de nouvelles pistes pour concevoir des politiques de préservation de l’environnement.
Pro-environmental behavior and nature exposure: An experimental investigation
The aim of this article is to analyze whether pro-environmental behaviors can be reinforced by simply putting people in a context that recalls nature. To do so, we carried out a laboratory experiment in which we created nature versus urban decision-making frameworks (via video viewing), and we observed two types of behavior: a monetary donation to an environmental non-governmental organization (NGO) (eco-giving) and a recycling effort through a green deed (eco-action). We show that participants placed in a context of nature are more motivated to give, give on average more and recycle more compared to participants who have been put in an urban context. The results also highlight that there is no link between donation behavior and the recycling decision. Our work provides new avenues for designing policies to preserve the environment.
JEL Codes: C91, D91, Q50.

Égoïste maintenant, ou altruiste (pour) demain ? Stratégies inter vs intragénérationnelles pour la conservation d’une ressource commune
Ivan Ajdukovic, Eli Spiegelman et Angela Sutan
La protection de l’environnement passe par la mise en œuvre d’actions coûteuses, au profit de personnes parfois inconnues et éloignées dans le temps. Ces actions pourraient sembler irrationnelles, sauf dans le cas où un individu chercherait à protéger le bien-être de proches, dans de futures générations. Nous comparons expérimentalement deux situations d’exploitation d’une ressource commune : les individus extracteurs sont membres de générations qui se suivent, sans lien dynastique (1) ; les individus des diverses générations sont membres de dynasties (2). Les individus qui savent que leur décision d’extraction va affecter les membres de leur dynastie appartenant à des générations futures font une extraction significativement moindre que les autres.
Selfish now, or altruistic (for) tomorrow? Inter vs. intragenerational strategies for the preservation of a common resource
Environmental protection requires costly actions taken for other people’s benefit. Those actions are irrational for selfish individuals, but may not be for those who care for the well-being of people close to them, for instance in next generations. We compare two situations of exploitation of a common resource: a situation in which individuals are members of successive generations, without dynastic link (1), and a situation in which individuals of various generations are members of dynasties (2). Our results show that individuals who know that their extraction decision will impact members of their dynasty belonging to future generations make a significantly lower extraction than others.
JEL Codes: Q2, C91.

Lutte contre les cartels multimarchés : une comparaison expérimentale des programmes de clémence américain et européen
Karine Brisset, François Cochard et Eve-Angéline Lambert
Cette expérience en laboratoire compare les programmes de clémence américain et européen concernant la lutte contre les cartels multimarchés. La clémence consiste à accorder à une entreprise, membre d’un cartel illicite, une réduction ou une annulation d’amende si elle coopère et apporte les preuves de ce cartel à l’Autorité de la concurrence. Lorsque ces cartels concernent plusieurs marchés, les États-Unis ont renforcé cette clémence pour inciter les membres d’un premier cartel condamné à en révéler d’autres. Comparé au programme européen, ce programme nommé Amnesty Plus peut encourager davantage la formation de cartels par réduction du coût espéré d’une condamnation. Nos résultats ne confirment pas cet effet procollusif mais montrent que l’incitation à dénoncer est significativement plus élevée sous Amnesty Plus, avant et après qu’un premier cartel a été détecté.
Fighting multi-market cartels: An experimental comparison of the American and European leniency programs
This laboratory experiment compares the American and the European leniency programs to fight multimarket cartels. Leniency means that a firm, member of an illicit cartel, may obtain partial or full immunity if it cooperates and brings the evidence to a competition authority about this cartel and the implication of other firms. The US strengthened leniency programs for cartel in multimarket settings (Amnesty Plus program) in order to give incentives to members of a first cartel previously convicted to reveal their membership in cartels on other markets. With regard to the European program, Amnesty Plus may encourage the cartels’ formation, as it reduces the expected cost from conviction. Our results do not confirm this procollusive effect and show that the incentive to report is significantly higher under Amnesty Plus, both before and after a first cartel has been detected.
JEL Codes: C92, D43, L13.

Lutte contre les cartels : comment dissuader les têtes brûlées ?
Béatrice Boulu-Reshef et Constance Monnier-Schlumberger
Cet article développe une approche expérimentale permettant l’identification des individus les plus susceptibles de former un cartel : les « têtes brûlées ». Les expériences testent l’efficacité dissuasive des dispositifs de lutte contre les cartels en comparant les propensions à s’entendre des individus dans différents cadres de sanctions – amende, clémence, conformité et exclusion – et de détection – détection avec probabilité exogène ou par dénonciation. La conformité et l’exclusion s’avèrent particulièrement dissuasives, la clémence ne l’est pas. L’effet dissuasif des amendes élevées est limité pour les « têtes brûlées », qui sont davantage influencées par l’ampleur du risque de détection. Les différences de genre et d’aversion au risque affectent le comportement chez les autres participants mais pas chez les individus qualifiés de « têtes brûlées ».
The fight against cartels: How to deter hotheads?
This article proposes an experimental approach that makes it possible to identify the individuals who are most likely to form a cartel: the “hotheads.” The experiments test the deterrent effectiveness of antitrust schemes by comparing the propensity to agree to cartel in different sanctions frameworks—fine, leniency, compliance and exclusion—and detection—detection with exogenous probability or by denunciation. Compliance and exclusion are particularly dissuasive, leniency is not. The deterrent effect of high fines is limited for “hotheads,” who are more influenced by the magnitude of the detection risk. Gender differences and risk aversion impact behaviors of the other participants but not of the participants described as “hotheads.”
JEL Code: K21, K42, L41.

Gender Differences in Legal Disputes: The Case of French Labor Courts
Nikolaos Georgantzís, Julie Le Gallo, Emmanuel Peterle et Jean-Christian Tisserand
This paper focuses on gender differences in French Labor Courts. We empirically investigate data from the pretrial conciliation phase and the judges’ decisions in the trial phase. For that purpose, we compiled a novel database from legal documents. The results are twofold. First, women are less likely to reach pretrial agreement compared to men when they sue their employer, except for dismissal cases. Second, we find that all things being equal, women are more likely to succeed in the trial phase. Taken together, these results suggest that women bring, on average, higher quality cases to the French Labor Court. This effect might be explained by the intitial demands that are brought against the employers, as well as gender differences in bargaining behavior during the pretrial conciliation phase.
Les différences de genre dans les litiges prud’homaux : le cas de la France
Cet article porte sur les différences de genre dans les litiges prud’homaux en France. Nous réalisons une analyse empirique de données concernant la phase de conciliation préalable au procès et les décisions des juges lors de la phase de jugement. Pour cela, nous avons créé une nouvelle base de données à partir de documents juridiques. Les résultats sont doubles. Premièrement, les femmes sont moins susceptibles que les hommes de parvenir à une entente avant le procès lorsqu’elles poursuivent leur employeur, sauf dans les cas d’un licenciement. Deuxièmement, nous constatons que, toutes choses égales par ailleurs, les femmes ont plus de chances d’obtenir gain de cause lors de la phase de jugement. Ces résultats suggèrent que les femmes portent, en moyenne, des affaires de meilleure qualité devant le conseil des prud’hommes. Cet effet pourrait s’expliquer par les revendications initiales qui sont portées contre les employeurs, ainsi que par les différences de comportement de négociation pendant la phase de conciliation préalable au procès.
JEL Codes: K31, K41.

« Dis-moi ce que tu penses de la propriété intellectuelle, je te dirai qui tu es »
Rémy Guichardaz, Thomas Coudert, Herrade Igersheim, Mathieu Lefèbvre et Julien Pénin
L’objet de cet article est d’analyser de manière expérimentale les liens supposés entre les préférences sociales des individus et la manière dont ils conçoivent la propriété intellectuelle, en opposant en particulier les approches utilitaristes et déontologiques. Pour ce faire, nous avons mis en place un protocole expérimental original à l’interface de deux courants de littérature : l’un, bien établi, traitant des préférences sociales ; l’autre, naissant, tentant de capter les différentes justifications de l’existence de la propriété intellectuelle. Notre expérience aboutit à deux enseignements majeurs : 1) les sujets utilitaristes semblent changer de conception de la justice sociale dès lors que la question de la propriété intellectuelle est posée ; 2) les sujets rawlsiens sont en parfaite cohérence avec l’approche déontologique de la propriété intellectuelle, donnant la priorité aux droits des auteurs et des inventeurs, tout en minimisant les inégalités pouvant en résulter en optant, par exemple, en faveur d’une durée courte de propriété intellectuelle.
“Tell me what you think about intellectual property and I will tell you who you are”
This paper aims to analyze, thanks to an experimental approach, the connection between the individuals’ social preferences and the way they justify the existence of intellectual property in confronting the utilitarian and the deontological arguments. An original experimental protocol has been used to capture both the social preferences and the different justifications of the existence of intellectual property. Two main results emanate from our experimentation: 1) utilitarian subjects change their conception of social justice once the issue of intellectual property arises; 2) Rawlsian subjects are in line with the deontological conception of the intellectual property since they prioritize authors and inventors’ rights as they try to reduce the resulting inequalities by, for instance, adopting a short duration for intellectual property.
JEL Codes: C 91, D 63, O34.

Discontent with Taxes and the Timing of Taxation: Experimental Evidence
Radu Vranceanu, Angela Sutan et Delphine Dubart
This paper reports experimental results from a linear sanction cost variant of the power-to-take game, with implications for tax collection policies. This framework allows to compare a pay-as-you-earn (PAYE) tax collection system with an ex post tax collection system in which payroll taxes are levied at the end of the fiscal year. In the second system, taxpayers might develop a feeling of income ownership, and express higher dissatisfaction if the government appropriates a part of it. In our data, dissatisfaction with taxation, as proxied by the sanction in the power-to-take game, is significantly higher in the ex post tax collection system compared with the PAYE system. Communication opportunities are associated with lower sanction rates, yet the communication channel is not used extensively by participants.
Insatisfaction avec l’impôt et séquence temporelle du prélèvement : Une étude expérimentale
L’article présente les résultats d’une expérience basée sur une variante du jeu « power-to-take » avec des implications concernant les modalités de prélèvement de l’impôt sur le revenu. L’étude compare le système d’impôt à la source avec un système a posteriori, dans lequel l’impôt est prélevé bien après le moment où le contribuable a perçu le revenu brut. Dans cette seconde situation, les contribuables peuvent développer un sentiment de propriété du revenu total, et ressentir un mécontentement plus important, à taux d’imposition identique. Nos résultats indiquent que l’insatisfaction associée à l’impôt, mesurée par la sanction imposée sur l’agent qui prélève, est significativement plus importante dans le système a posteriori comparée au prélèvement à la source. La communication vers le contribuable permet de réduire le taux de sanction, mais les participants n’exploitent pas vraiment cette opportunité.
JEL Codes: C91, H26, D01.