Janvier 2019, 70 (1) – Varia

Ce Varia analyse successivement le profil type des élus qui avaient recours sur une période récente à des emplois familiaux à l’Assemblée nationale et au Sénat, l’impact des technologies de l’information et de la communication – comme l’utilisation d’un home studio – sur le revenu des musiciens, les déterminants politiques des transferts de l’État vers les communes ou la mise en évidence d’une redistribution en faveur de bastions électoraux, ainsi que l’attitude des agriculteurs vis-à-vis des mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité et les transferts de TVA aux communes marocaines. Un dernier article examine la diversité des formes de mise en économie de la nature.
Image : CC0

Consultation sur Cairn

Au sommaire : 

Collaborateurs, emplois familiaux et niveau d’activité des parlementaires français
Benjamin Monnery

L’artiste maudit 2.0 : l’impact des TIC sur le revenu des musiciens
Maya Bacache-Beauvallet, Marc Bourreau et François Moreau

Déterminants politiques des transferts de l’État vers les communes : le cas de la DGF
Étienne Farvaque, Jérôme Héricourt et Marcelin Joanis

Déterminants des transferts intergouvernementaux : le cas du Maroc
Maria Elkhdari

La mise en économie de la nature, contrepoints historiques et contemporains
Harold Levrel et Antoine Missemer

Article court

Compensation écologique et agriculture : est-ce compatible ?
Sébastien Roussel, Léa Tardieu et Anne-Charlotte Vaissière

 

***********

Résumés / Abstracts

Collaborateurs, emplois familiaux et niveau d’activité des parlementaires français
Benjamin Monnery
Cet article profite de la publication en février 2017, à la suite de l’« affaire Fillon », d’une liste exhaustive des collaborateurs employés par l’ensemble des 920 parlementaires français, pour quantifier la pratique de l’emploi familial à l’Assemblée nationale et au Sénat. En croisant ces données avec les caractéristiques démographiques et politiques des élus, ainsi qu’avec leur activité parlementaire observable sur douze mois, on en tire quelques enseignements sur le profil type des élus recourant à des emplois familiaux. On montre également que ces parlementaires sont en moyenne significativement moins présents, moins actifs et moins productifs à l’Assemblée et au Sénat que les autres, toutes choses égales par ailleurs.
Classification JEL : D72.
Staff members, family employment and activity levels of French members of parliament
This article takes advantage of the release in February 2017, in the aftermath of the “Fillon scandal”, of the list of all staff members employed by the 920 French parliamentarians, to quantify family employment in the National Assembly and the Senate. By combining this data with elected officials’ demographic and political caracteristics, as well as their activity record during 12 months, we document the standard profile of parliamentarians employing family members. In addition, we show that these deputies and senators were significantly less present, less active and less productive in the Assembly and the Senate than other parliamentarians, all else equal.

Article in French

L’artiste maudit 2.0 : l’impact des TIC sur le revenu des musiciens
Maya Bacache-Beauvallet, Marc Bourreau et François Moreau

Nous testons, d’une part, si les technologies de l’information et de la communication (TIC) représentent un investissement qui augmente le revenu moyen des artistes et, d’autre part, si les TIC modifient la distribution de ces revenus. Nous exploitons une base de données originale issue d’une enquête auprès des musiciens associés de l’Adami. Nous retenons deux indicateurs de l’investissement en TIC : l’utilisation d’un home studio et la présence de l’artiste sur Internet. Nous montrons que l’investissement en TIC augmente le revenu moyen et que les inégalités de revenus augmentent avec les effets de réseau sur Internet, mais diminuent avec les économies d’échelle permises par les nouvelles technologies.
Classification JEL : Z11, J30, O31.
The cursed artist 2.0: The impact of ICT on musicians’ income
We test, on the one hand, whether information and communication technologies (ICTs) represent an investment that increases the average income of artists and, on the other hand, whether ICTs modify the distribution of these revenues. We use an original database from a survey of Associate Musicians of Adami. We retain two indicators of ICT investment: the use of a home studio and the presence of the artist on the Internet. We show that ICT investment increases average income and that income inequality increases with network effects on the Internet, but decreases with economies of scale allowed by new technologies.

Article in French.

Déterminants politiques des transferts de l’État vers les communes : le cas de la DGF
Étienne Farvaque, Jérôme Héricourt et Marcelin Joanis

Nous étudions l’allocation de la dotation globale de fonctionnement (DGF) des communes. Les modalités d’allocation de la DGF sont fixées par des règles en apparence strictes, mais dont la complexité même pourrait créer des marges discrétionnaires. Notre analyse empirique révèle que ces marges existent et sont utilisées, favorisant certains « bastions » électoraux.
Classification JEL : D71, D78, E58, N12, N42.
Political determinants of governmental transfers to French cities
We analyze the allocation of a government transfer (the DGF) to cities in France. If the transfer is governed by rules, these rules are so complex that they may hide discretionary biases. Our empirical analysis reveals that such biases exist, and are used, favoring some electoral “fortresses.”

Article in French

Déterminants des transferts intergouvernementaux : le cas du Maroc
Maria Elkhdari

Le gouvernement marocain applique une formule d’allocation dans la redistribution d’une partie de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) aux communes. En utilisant une base de données originale sur les communes marocaines de 2005 à 2009, cet article analyse les déterminants de ces transferts inconditionnels de TVA. Les résultats montrent que les variables socioéconomiques apparaissent comme étant importantes, suggérant qu’il y a un système de péréquation sous-jacent avec un fort biais vers les communes urbaines. Les facteurs politiques jouent également un rôle de poids dans ce processus de redistribution et soutiennent l’hypothèse d’une redistribution vers les communes politiquement puissantes où les électeurs sont indécis, plutôt qu’une redistribution qui vise à récompenser les partisans politiques. En outre, les communes dites « swing » reçoivent plus de transferts que les autres. Par ailleurs, une analyse plus poussée en quantiles montre qu’il existe une réelle hétérogénéité dans la redistribution conditionnelle de la TVA et que l’impact des caractéristiques socioéconomiques dépend du niveau de TVA transférée.
Classification JEL : H5, H7, C2.
The determinants of intergovernmental transfers: The case of Morocco
The Moroccan central government follows a formula-based approach when it redistributes the Value Added Tax (VAT) revenues to local municipalities. Using a unique panel dataset on Moroccan municipalities from 2005 to 2009, this paper investigates the determinants of unconditional transfers. The results suggest that socio-economic variables are significant, implying that there is an underlying system of equalization with an important bias toward urban municipalities. Political factors do also play an important role in this redistribution process, and this supports the hypothesis of a tactical redistribution rather than a targeted redistribution. Besides, “swing municipalities” receive more transfers than others, and being a municipality ruled by supporters of the central government does not seem to determine the amount of transfers to be received. Further quantile analysis points to the existence of a real heterogeneity in the conditional redistribution of the VAT and the impact of socio-economic characteristics depends on the amount of VAT transferred.

Article in French

La mise en économie de la nature, contrepoints historiques et contemporains
Harold Levrel et Antoine Missemer

L’économie est régulièrement présentée comme vecteur d’aliénation de la nature, alors vue comme un ensemble de biens, de services et de capitaux à préserver, voire à faire fructifier, sans égard pour ses dimensions extra-économiques et symboliques. Cette mise en économie – ou économicisation – de la nature s’exprimerait à travers divers mécanismes tels que la monétarisation, la privatisation, etc. De tels phénomènes existent bel et bien. Ils méritent néanmoins d’être examinés de près pour constater, d’une part, que la littérature n’est pas encore stabilisée sur ces sujets et, d’autre part, que ces phénomènes de mise en économie ne sont ni nouveaux, ni irréversibles, ni univoques. Nous observons d’ailleurs dans la période récente des logiques d’hybridation où l’écologie investit aussi le champ économique.
Classification JEL : B1, B2, N5, Q2, Q5.
The economization of nature, historical and contemporary contrasts
Economics and economic activities are often considered as a source of alienation of nature, seen as a commodity delivering ecosystem services to be valued in order to provide benefits to people, without any considerations regarding idiosyncratic values. This economization process is supposed to occur through various mechanisms such as monetary valuation, privatization, etc. These phenomena do exist, but in-depth analysis reveals that these mechanisms are not necessarily well defined, and that these commodification processes are not new, neither irreversible, nor a one way trend. It seems that economization processes are more hybrid than assumed, and that many trends can be considered as a naturalisation of the economy and of economics.

Article in French

ARTICLE COURT

Compensation écologique et agriculture : est-ce compatible ?
Sébastien Roussel, Léa Tardieu et Anne-Charlotte Vaissière

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité (MC) sont des actions assurant des gains écologiques au moins équivalents aux pertes subies à la suite d’un projet d’aménagement. La loi Biodiversité d’août 2016 rend plus coercitif le cadre des MC. Alors que 59,5 % du territoire français est dédié aux pratiques agricoles, les agriculteurs devraient devenir des acteurs majeurs de la compensation écologique. Nous analysons par le biais d’une expérience de choix les préférences des agriculteurs pour devenir opérateurs de MC. Nous montrons que les exigences des contrats de MC ne conduiront pas à une adhésion systématique des agriculteurs. Nous suggérons des orientations de contrats par profil d’agriculteurs et par type d’impacts à compenser.
Classification JEL : Q15, Q24, Q57.
Biodiversity offsetting and agriculture: Is this compatible?
Biodiversity offsets (BO) are activities that provide measurable ecological gains that are equivalent to the ecological losses induced by development projects. The law on biodiversity voted in August 2016 introduces a more coercive framework of BO. Provided that 59,5% of the French territory is dedicated to agricultural activities, farmers should become major players to implement BO. We investigate farmers’ preferences for becoming BO operators through a choice experiment. We show that the BO contracts requirements will not lead to a systematic compliance of farmers. This allows us to suggest direction for BO contracts with regards to farmers’ profile and to the type of impacts they have to offset.

Article in French