Juillet 2018, 69 (4) – Varia

remplissement d'un verre de bière avec bouteilleTrois modélisations théoriques s’intéressent aux effets respectifs de la protection légale des données personnelles sur la concurrence, d’une variation du taux d’intérêt du marché monétaire sur le taux d’intérêt des crédits pratiqué par les banques et de l’excès de consommation d’alcool sur les profits de l’industrie alcoolière. Ce numéro contient également une analyse empirique de l’impact de la supervision prudentielle sur le crédit dans vingt-sept pays européens, un article traitant des conséquences du Bank Act de 1844 sur le marché de la liquidité et sur les relations de la Banque d’Angleterre avec la finance, et une étude portant à la fois sur les analogies conceptuelles relevées dans les analyses théoriques autrichiennes et marginalistes et sur le rejet par Menger d’un certain type de mathématiques.

Image : CC0. rawpixel

Consultation sur Cairn

Au sommaire :

Laurent Le Maux
Banque centrale et finance. La Banque d’Angleterre, le taux d’intérêt et le Bank Act de 1844

Thomas Jobert, Alexandru Monahov, Anna Tykhonenko
Le crédit domestique en période de supervision : une étude empirique des économies européennes

Sandye Gloria
Menger contre Walras

Vincent Bouvatier
Détermination du pass-through du taux monétaire sur le taux des crédits : le comportement de la banque centrale importe-t-il ?

Miléna Spach, Antoine Pietri
Le binge drinking est-il toujours profitable à l’industrie alcoolière ? Un modèle épidémique de la consommation d’alcool

Matthieu Manant, Alain Rallet, Fabrice Rochelandet
Privacy et antitrust : des régulations contradictoires ou complémentaires ?

***********

Résumés / Abstracts

Laurent Le Maux
Banque centrale et finance. La Banque d’Angleterre, le taux d’intérêt et le Bank Act de 1844
Central banking and finance. The Bank of England, the interest rate, and the Bank Act of 1844

La littérature sur le Bank Act de 1844 adopte l’interprétation qui en fait une étape majeure dans la construction de la banque centrale en Grande-Bretagne et se laisse couler dans le moule qui oppose la règle à la discrétion. À partir de l’étude des écrits monétaires de l’époque ainsi que de la politique de taux d’intérêt de la Banque d’Angleterre, à partir également d’une analyse systématique de l’aspect financier de l’acte de 1844, l’article montre qu’une telle interprétation s’avère fragile. Aussi le présent article s’appuie-t-il sur l’articulation entre l’histoire monétaire et l’histoire de la pensée ainsi que sur l’approche institutionnelle de la banque centrale afin de mettre en lumière les conséquences de la loi de 1844 sur le marché de la liquidité et les relations de la banque centrale avec la finance. The literature on the Bank Act of 1844 commonly adopts the interpretation that it would have been a crucial step in the construction of central banking in Britain and the analytical framework that opposes rules and discretion. Through the examination of the monetary writings of the period and the interest rate policy of the Bank of England, and also through the systematic analysis of the financial aspect of the Act of 1844, the paper shows that such an interpretation remains fragile. Hence the present paper rests on the articulation between the monetary history and the history of economic analysis and also on the institutional approach of money and banking so as to assess the consequences of the Act of 1844 on the liquidity market and the relations between the central bank and finance.

Article in French.

Thomas Jobert, Alexandru Monahov, Anna Tykhonenko
Le crédit domestique en période de supervision : une étude empirique des économies européennes
Domestic Credit in Times of Supervision: An Empirical Study of European Economies

Nous étudions l’impact de la supervision prudentielle sur le crédit dans vingt-sept pays européens sur la période 1999-2012. Nous utilisons un estimateur bayésien pour prendre en compte l’hétérogénéité des pays. Nous trouvons que : 1) le taux d’intérêt n’est pas une variable fondamentale dans l’explication du crédit, 2) les coefficients estimés de la sensibilité du crédit à l’investissement sont corrélés négativement avec les coefficients estimés de la sensibilité du crédit à la dépendance financière, 3) les effets de la supervision sur le crédit diffèrent suivant les pays, mais 4) il est possible qu’un renforcement de la supervision engendre des effets positifs sur le crédit dans le cadre d’une supervision financière unifiée.

We study the impact of prudential supervision on domestic credit in 27 European countries throughout 1999-2012. We use the Empirical Iterative Bayes estimator to account for country heterogeneity. We find: 1) the interest rate not to be a fundamental variable in explaining domestic credit, 2) negative correlation between the estimated coefficients of credit sensitivity to investment and to financial dependence, 3) that the effects of supervision on credit differ by country, but 4) that it is possible to achieve an increase in supervisory stringency with positive effects on credit in the context of unified financial supervision.

 

Article in French.

Sandye Gloria
Menger contre Walras
Menger versus Walras

Il est courant de ne voir dans le rejet par Carl Menger de l’usage de l’outil mathématique qu’une spécificité anecdotique qui le différencie, sur la forme exclusivement, de l’analyse marginaliste de Léon Walras. Nous montrerons qu’en fin de compte le rejet des mathématiques (d’un certain type) par Menger est une décision cohérente parfaitement justifiée par la vision de la réalité économique que l’auteur cherche à rendre intelligible et par la méthode qu’il juge à cet effet appropriée. Certains outils aujourd’hui disponibles, les outils de la complexité, semblent bien adaptés à la pensée de cet auteur et permettent son renouvellement. Nous proposons les grandes lignes d’un programme néomengerien ancré dans l’économie de la complexité.

It is common to see in the rejection by Carl Menger of the use of mathematics only an anecdotal specificity which differentiates the author, on the form exclusively, from the marginalist analysis of Léon Walras. We show that, ultimately, Menger’s rejection of mathematics (of a certain type) is a coherent decision perfectly justified by the vision of economic reality which the author seeks to analyse and by the methods he judges most appropriated. Some tools available today, the tools of complexity, seem well adapted to the thinking of this author and allow his renewal. We propose the broad outlines of a Neo-Mengerian program rooted in complexity economics.

 

Article in French.

Vincent Bouvatier
Détermination du pass-through du taux monétaire sur le taux des crédits : le comportement de la banque centrale importe-t-il ?
The pass-through from the money market rate to the bank lending rate: does the central bank behavior matter?

Cet article porte sur le pass-through du taux d’intérêt monétaire sur le taux d’intérêt des crédits. L’objectif est d’analyser la façon dont le comportement de la banque centrale, représenté par une règle de Taylor, affecte la détermination du pass-through. Un modèle théorique en équilibre partiel est développé puis calibré pour la zone euro. Les résultats montrent que le degré de gradualisme de la politique monétaire et, de façon plus générale, les différentes sources d’inertie caractérisant la dynamique du taux du marché monétaire, affectent positivement l’ampleur du pass-through. De plus, le poids relatif de cette composante du pass-through associée aux inerties du taux du marché monétaire est d’autant plus important que les rigidités sur les taux d’intérêt des crédits sont fortes.

This paper investigates the pass-through from the money market rate to the bank lending rate. More precisely, the paper analyzes whether the central bank behavior, represented by a Taylor rule, matters in the determination of the pass-through. The paper relies on a partial equilibrium model, calibrated for the euro area. The results show that gradualism in monetary policy, and more generally factors that smooth the money market rate, positively affect the degree of pass-through. In addition, gradualism in monetary policy contributes relatively more to the determination of the pass-through when stickiness of lending rate is higher.


 

Article in French

Miléna Spach, Antoine Pietri
Le binge drinking est-il toujours profitable à l’industrie alcoolière ? Un modèle épidémique de la consommation d’alcool
Is heavy drinking always profitable for alcohol industry? An epidemic framework for alcohol consumption

Cet article traite de l’effet des consommateurs excessifs d’alcool sur le profit de l’industrie alcoolière. La consommation excessive d’alcool accroît les bénéfices par une hausse des ventes, mais engendre des blessures mortelles représentant un manque à gagner pour l’industrie. Nous explorons la coexistence de ces deux forces avec un modèle épidémique distinguant consommateurs modérés et consommateurs excessifs (modèle « LH »). Nous trouvons qu’il existe un seuil de consommation au-delà duquel les buveurs excessifs sont nuisibles à l’industrie alcoolière. Pour les données américaines de 2011, nous estimons que ce seuil est compris entre 10,22 et 10,80 unités d’alcool par épisode de consommation. L’industrie alcoolière devrait donc mettre en place des actions efficaces à l’égard des consommateurs les plus excessifs.

This article aims to provide a better understanding of the impact of heavy drinkers on the alcohol industry’s profitability. Heavy drinking appears to improve alcohol’s sales leading to an increase of profit but it also involves fatal injuries that constitute a shortfall for the industry. We explore coexistence of these two forces through an epidemic model distinguishing light and heavy drinkers (“LH” model). We find that there exists a level of alcohol consumption beyond which heavy drinkers represent a loss of profit for the alcohol industry. Using US data for 2011, we estimate that this threshold should be between 10.22 and 10.80 drinks per heavy drinking occasion. As a result the alcohol industry should set up more effective actions against the heaviest consumers.

 

Article in French

Matthieu Manant, Alain Rallet, Fabrice Rochelandet
Privacy et antitrust : des régulations contradictoires ou complémentaires ?
Privacy and antitrust: opposing or complementary regulations?

L’objectif de cet article est d’étudier les effets de la protection légale des données personnelles (privacy) sur la concurrence, et d’analyser dans quelle mesure la privacy est complémentaire ou contradictoire avec la politique de la concurrence. En premier lieu, nous mettons en évidence le rôle joué par les coûts qu’implique la privacy pour les consommateurs, notamment les coûts de consentement lorsque ces derniers souhaitent utiliser un service en ligne. En second lieu, nous étendons le modèle de marché sur l’Internet de Campbell, Goldfarb et Tucker [2015], qui comporte des firmes financées par la publicité, en testant l’hypothèse selon laquelle les consommateurs ont des coûts de consentement différents. Nous montrons que, dans certains cas, les firmes préfèrent exclure du marché les consommateurs à coût de consentement élevé pour pouvoir cibler les autres consommateurs.

The goal of this article is to study the effects of legal protection of personal data (privacy) on competition, and to investigate to which extent privacy is complementary or opposed to antitrust policy. First, we highlight the role of the costs faced by consumers due to privacy regulation, including the consent costs occuring when consumers want to use an online service. Second, we extend Campbell, Goldfarb et Tucker [2015]’s model on the advertising-supported Internet by introducing different consent costs. We show that, in some cases, firms may prefer to exclude high-consent consumers from the market, so as to target the remaining consumers.

 

 

 

Article in French