Mars 2018, 69 (2) – Varia

photo de chute d'eau d'un barrageDeux modélisations théoriques ouvrent ce numéro, portant l’une sur les effets de l’entrée d’un grand pays émergent sur le marché mondial d’un bien, l’autre sur l’impact des aides d’État à la restructuration sur l’investissement des bénéficiaires et des concurrents. L’arbitrage entre un rabais sur la facture d’électricité et l’amélioration environnementale à l’occasion du renouvellement des concessions hydroélectriques françaises, la mise en oeuvre de la méthode des choix multi-attributs pour l’évaluation d’un projet d’école de musique, l’effet des décisions d’investissement en efficacité énergétique dans le secteur résidentiel français, l’élaboration d’une échelle d’équivalence tenant compte des nouvelles configurations familiales pour mieux mesurer la pauvreté : tels sont les thèmes des quatre analyses empiriques qui suivent.
Image : Sylvainbrousseau. CC Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 (non transposée)

Consultation sur Cairn

Au sommaire :

***********

Résumés

Christophe Bernard, Marie-Françoise Calmette, Maureen Kilkenny, Catherine Loustalan, Isabelle Péchoux
Quality in Open Markets: The Sumo Conjecture
The spectacular growth in China’s export volume over the past two decades has resulted in a sharp increase in the global market share of these products. This situation has significantly affected the industrial structure of developed countries. Facing strong competitive pressure, many sectors in the EU and the USA (e.g., textiles, toys, steel, aluminum, photovoltaic cells) have seen significant portions of their traditional production disappear. This rapid emergence of a developing country as a major player in international trade is unprecedented, and the comparative cost advantage of China in many areas cannot be the unique explanation. In this paper, we identify major reasons for this situation. Using a theoretical model of industrial organization applied to international trade, we investigate the effects of the entry of a large emerging country in the global market. The firms’ strategies are the quality and quantity of the produced good in a framework of bilateral trade. In each country, we adopt a representative firm for each industry. We consider a sequential game framework in which the emerging country firm plays first in quality and quantity. We show that choosing a lower quality allows the firm from the large emerging country to enter and settle in the market of the other country. We study the conditions under which this may lead to a less diversified offer and lower quality for consumers. The likelihood of this strategy’s success, which we call “sumo,” increases with the size of the emerging country and decreases with the difference in willingness to pay for quality among consumers in both countries.
Qualité et commerce international : la stratégie du sumo
La croissance spectaculaire du volume des exportations chinoises au cours des deux dernières décennies, engendrant une augmentation très forte des parts de marché de ces produits dans le monde, a un impact très significatif sur la structure industrielle des pays développés. Face à cette très forte pression 
concurrentielle, un certain nombre de secteurs en Europe ou aux États-Unis (textile, jouet, acier, aluminium, cellules photovoltaïques…) ont vu, ou voient, disparaître des pans entiers de leur production. Cette émergence aussi rapide d’un pays en développement comme acteur majeur du commerce international est sans précédent et l’avantage comparatif en coût de la Chine dans beaucoup de secteurs ne suffit pas à l’expliquer. Dans cet article, nous déterminons certaines raisons majeures expliquant ce phénomène constaté. Nous investiguons à partir d’un modèle théorique d’organisation industrielle appliqué au commerce international les effets de l’entrée d’un grand pays émergent sur le marché mondial d’un bien. Les stratégies des entreprises sont la qualité et la quantité du bien et les échanges se font dans un cadre de commerce bilatéral. L’industrie du bien dans chaque pays est assurée par une firme représentative. Nous montrons ici, dans le cadre d’un jeu séquentiel où la firme du grand pays émergent joue en premier en qualité et en quantité, que c’est en choisissant une qualité plus faible qu’elle entre et s’installe sur le marché de l’autre pays. Nous obtenons les conditions sous lesquelles cela peut aboutir à une offre moins diversifiée et de moindre qualité pour les consommateurs. La probabilité de réussite de cette stratégie que nous appelons « sumo » est d’autant plus élevée que le pays émergent est grand et que la différence des dispositions à payer pour la qualité entre les consommateurs des deux pays est faible.
Article en anglais. 

Juliette Rey
Réglementation des aides d’État à la restructuration : une justification aux contraintes de production
Cet article analyse l’effet des aides d’État à la restructuration sur l’investissement des bénéficiaires et des concurrents. Ces aides sont soumises à des mesures compensatoires prenant le plus souvent la forme de contraintes sur la production des bénéficiaires car l’aide peut conduire à un effet d’éviction de l’investissement des rivaux. Nous étudions s’il existe une justification à ces contraintes en créant un modèle où deux firmes, l’une saine et l’autre en difficulté, peuvent toutes deux investir dans un projet de baisse de coût. Nous montrons que les contraintes ne doivent être mises en place qu’en cas de forte externalité négative ou d’aléa moral important. Par ailleurs, elles ne sont pas toujours suffisantes pour permettre la survie de la firme aidée et l’investissement du concurrent.
State aids regulation for firms in difficulty : a rationale for production capacity constraints
This article analyzes the effect of restructuring state aids on the recipient and the rival’s investment. Those aids are subject to compensatory measures that limit the recipient’s production most of the times, in order to avoid a crowding out effect of rivals’ investment. We try to find a rationale for these constraints by building a model with two firms, a healthy one and a failing one, which both can invest to decrease their cost. We show that production constraints are not always necessary and should be implemented only when there is a high negative externality or when moral hazard is important. Moreover, those constraints are sometimes insufficient to ensure the survival of the firm in difficulty and the investment of the rival.

Article in French.

Federico Pontoni, Anna Creti, Marc Joëts
Economic and Environmental Implications of Hydropower Concession Renewals: A Case Study in Southern France
In the coming years, a consistent number of French hydropower concessions will be re-assigned through a competitive public procedure, in which bidders will submit an environmental offer and an economic one. This procedure is likely to generate a trade-off between monetary transfers and environmental pledges. In particular, we expect bidders to couple higher monetary compensation to local authorities with lower mitigation measures and vice-versa. This paper aims at investigating the reasons under which local authorities would prefer either environmental protection or monetary transfers. Through an innovative discrete choice experiment (DCE) carried out in the Aspe valley, where more than 100 MW of hydro capacity is installed, we translate monetary offers into immediate rebates on the electricity bill and we test whether local respondents prefer higher rebates or stronger environmental improvements. From a methodological perspective, we calculate our results both with the standard preference space approach and with the WTP space approach. According to our results, locals value considerably more environmental pledges than monetary offers; hence, we argue that bidders should give clear priority to environmental mitigation measures.
Implications économiques et environnementales du renouvellement des concessions hydroélectriques : étude de cas dans le sud de la France
Dans les années à venir, les concessions hydroélectriques françaises seront soumises à un processus de mise en concurrence, avec une offre qui prévoit deux volets, économique et environnemental. Cette procédure pourrait générer un arbitrage entre transferts monétaires et engagements environnementaux. En particulier, nous anticipons que des compensations monétaires élevées vis-à-vis des autorités locales seront couplées avec des mesures de mitigation
 moins satisfaisantes et vice-versa. Cet article analyse les raisons à l’origine des choix des autorités locales auxquelles ces compensations s’adressent. À travers une expérience dans le cadre des modèles de choix discret (DCE) conduite dans la vallée de l’Aspe, où est installée une capacité hydroélectrique de 100 MW, nous considérons que les offres monétaires sont converties en rabais de la facture d’électricité pour les résidents. Nous testons dans ce contexte si la population locale préfère des économies sur la facture plus importantes ou une plus ample amélioration environnementale. Du point de vue méthodologique, nous calculons nos résultats suivant l’approche standard de l’espace des préférences et celle de la propension à payer (willingness to pay, WTP). Nous montrons que la population locale révèle une préférence forte pour les améliorations environnementales. Cela nous emmène à conclure que les acteurs intéressés aux concessions hydroélectriques devraient donner une priorité forte aux mesures de mitigation.
Article in French.

Muriel Travers, Gildas Appéré, Dominique Sagot-Duvauroux
Prise en compte de l’hétérogénéité des préférences dans le cadre de la méthode des choix multi-attributs : application à un bien culturel public à vocation non touristique
Comme l’a souligné W. J. Baumol, de nombreuses activités culturelles n’existeraient pas sans subventions publiques. La légitimation de ces dépenses ne peut donc se faire que si les préférences culturelles des individus sont prises en compte lors de la conception des projets. À cette fin, nous appliquons la méthode des choix multi-attributs à l’évaluation d’un projet d’école de musique municipale destiné aux résidents angevins, évitant ainsi une superposition des considérations touristiques et culturelles. En utilisant des modèles Logit à paramètres aléatoires et à classes latentes, nous montrons l’existence d’une hétérogénéité des préférences selon la proximité des individus aux activités culturelles et sportives. Nos résultats indiquent aussi qu’il est dans l’intérêt des pouvoirs publics d’offrir un projet ayant une dimension collective allant au-delà des intérêts des seuls futurs usagers.
Taking into account the heterogeneity of preferences in the choice experiment method : application to a non-tourist public cultural good
As noted by W. J. Baumol, many cultural activities would not exist without public subsidies. The legitimation of these expenditures is all the more likely to occur if cultural preferences of individuals are taken into account when designing projects. In this sense, we apply the Choice Experiment method to the valuation of a municipal music school project intended for residents of Angers (France), avoiding a superposition of tourism and cultural concerns. Using random parameters Logit and latent class models, we show the existence of a heterogeneity of the individuals’ preferences according to their proximity to cultural and sporting activities. The results also indicate that it may be in the interest of public authorities to design a music school with a collective dimension beyond the interests of the only future users.

Article in French. 

Henri Martin, Hélène Périvier
Les échelles d’équivalence à l’épreuve des nouvelles configurations familiales
Cette contribution estime une échelle d’équivalence tenant compte de la situation spécifique des foyers monoparentaux et des parents non hébergeant vivant seuls. Les estimations s’appuient sur une approche subjective fondée sur l’appréciation qu’ont les ménages de leur propre niveau de vie. Les résultats indiquent que la situation des foyers monoparentaux est mal prise en compte par les échelles d’équivalence les plus utilisées. Les parents non hébergeant vivant seuls supportent, toutes choses égales par ailleurs, des dépenses supplémentaires d’environ un tiers de leur revenu disponible, par rapport aux personnes seules sans enfant à charge. Les échelles d’équivalence surestiment le niveau de vie des foyers monoparentaux et des parents non hébergeant vivant seuls, ce qui conduit à sous-estimer leur taux de pauvreté.
Equivalence scales challenged by new family configuration
This paper estimates an equivalence scale that takes into account the specific situation of single parents and separated parents who do not live with their children. Estimates rely on a subjective approach based on the living standard perceived by households. Results indicate that the equivalence scales widely used in economic and institutional literature do not integrate the specific situation of single parents. Separated parents who do not live with their children face additional expenses relatively to single persons, everything being equal, for an approximate amount of one third of their disposable income. The equivalence scales overestimate the living standard of these two types of households and underestimate their level of poverty.

Article in French.

Dorothée Charlier
Décisions d’investissement en efficacité énergétique dans le secteur résidentiel : incitations et obstacles à la rénovation
L’efficacité énergétique (EE) dans le secteur résidentiel peut permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la consommation énergétique. L’objectif de cette étude est d’évaluer l’impact des décisions d’investissement et des montants dépensés en EE dans le secteur résidentiel français en analysant plus particulièrement le rôle des gains énergétiques potentiels. Dans cet article, nous proposons une procédure pour étendre un ensemble de données existantes afin d’obtenir des estimations des gains énergétiques pour chaque type de rénovation potentielle. Cette extension est l’une des caractéristiques les plus importantes de notre approche. En examinant les dépenses de rénovation avec un modèle Tobit multivarié, cette étude apporte deux contributions majeures. Tout d’abord, il est possible d’expliquer l’adoption lente des investissements en EE, la décision d’investir étant finalement déterminée par des déterminants économiques tels que les gains énergétiques potentiels. Deuxièmement, les résultats montrent que les bénéficiaires des mesures politiques devraient être les ménages vivant dans le secteur locatif.
Energy-Efficiency Investment Decisions in the Housing Sector: Incentives and Barriers to Renovation
Energy efficiency (EE) in the housing sector can substantially reduce greenhouse gas emissions and energy consumption. The aim of this study is to empirically establish the determinants of the decision to invest in residential EE improvements and the corresponding amounts spent, with a particular emphasis on the role of expected savings in energy expenditures in France. In this paper, we demonstrate a procedure for extending an existing dataset to obtain estimates of expected savings in energy expenditures for each potential alternative renovation. This extension is one of the major original features of our approach. In its analysis of renovation expenditures with a multivariate Tobit model, this study provides two major contributions. First, it shows that although market barriers can explain the slow adoption of EE investments, the decision to invest is ultimately driven by economic determinants such as potential energy savings. Second, it finds that the beneficiaries of policy measures ought not to be households, but owners of single-family dwellings and private owners of multifamily dwellings in the rental sector. 

Article in French.