Novembre 2015 – Varia

En écho aux débats autour de l’ouvrage de Thomas Piketty, Le Capital au XXIe siècle, un article consacré au rôle important du prix de l’immobilier dans la mesure des inégalités ouvre ce numéro. Les cinq analyses empiriques qui suivent portent respectivement sur : l’impact de la gestion privée de l’eau sur les prix de l’eau en France ; les effets de la criminalité sur l’acceptation de la carte bancaire ; les déterminants individuels de réussite dans le processus de la validation des acquis de l’expérience ; le lien entre l’innovation et la productivité et l’usage de la r&d et des technologies de l’information et de la communication ; les conséquences de la démographie sur les importations de Mayotte. Deux contributions méthodologiques complètent ce numéro, l’une sur l’efficacité des mesures de limitation des droits de vote pour contrer les offres publiques d’achat hostiles, l’autre sur la relation entre le risque de défaut et la concurrence.

Consulter sur Cairn

Au sommaire :

L’impact des prix de l’immobilier sur les inégalités et leur mesure, par Clément Carbonnier [consulter]

Le livre de Thomas Piketty, Le Capital au XXIe siècle, et les débats qui l’ont entouré ont rappelé l’importance de l’immobilier et des variations de ses prix dans la mesure des inégalités. Nous défendons l’idée que si la valeur de marché surestime le patrimoine immobilier en période de bulle, la somme actualisée des loyers la sous-estime. Une surestimation du patrimoine immobilier conduit à sous-estimer les inégalités de patrimoine car cela affecte relativement plus les classes moyennes que le haut de la distribution. Pour l’avenir, la répartition des types de capital et les différences dans leur rendement peuvent conduire à un accroissement des inégalités de revenu.

Les écarts de prix de l’eau en France entre le secteur privé et public, par Vanessa Valéro [consulter]

Lors des prochaines années, de nombreux contrats de gestion de l’eau potable arriveront à échéance en France. Leur expiration offre aux communes concernées la possibilité de reconsidérer leur contrat au profit d’une reprise en gestion publique. Une grande majorité des communes françaises délèguent actuellement leur service d’eau à des entreprises privées qui rencontrent toutefois une opposition grandissante. Le débat concernant la gestion de l’eau potable s’est plus particulièrement cristallisé autour de la question du prix, ce dernier étant en moyenne plus élevé dans les communes ayant opté pour la délégation de leur eau. Afin d’y contribuer, nous évaluons l’impact de la gestion privée de l’eau sur les prix de l’eau en France en prenant soin de corriger le biais de sélection dont souffre cette estimation. Contrairement aux études empiriques précédentes, nous ne trouvons pas de différences statistiquement significatives du prix de l’eau selon le mode de gestion choisi.

Optimisation d’une stratégie anti-OPA par limitation linéaire des droits de vote face à un investisseur hostile, par Bruno-Laurent Moschetto, Frédéric Teulon [consulter]

Cet article s’intéresse aux mesures défensives reposant sur une limitation linéaire des droits de vote, adoptées principalement pour contrer les offres publiques d’achat hostiles. Nous étudions la situation d’une firme dont l’actionnariat est atomisé et dont le noyau dur d’actionnaires souhaite empêcher l’arrivée d’un nouvel entrant. Ce groupe met en place un dispositif de défense qui repose sur un seuil de limitation au-dessus duquel tout droit de vote est annulé puis redistribué linéairement selon un certain coefficient. Nous montrons que ce type de dispositif est efficace pour contrer tout investisseur hostile agissant seul. Cependant, ce résultat est généralement obtenu avec un paramétrage qui adresse un mauvais signal au marché en termes de gouvernance. L’article propose alors de déterminer, quand il existe, le paramétrage optimum du dispositif.

Risque de défaut et concurrence sur le marché des produits, par Nicolas Le Pape [consulter]

L’influence stratégique de l’endettement sur le comportement de marché des firmes a été analysée par Brander et Lewis [1986]. Ils montrent que l’endettement accroît le niveau de concurrence dans l’industrie. Cependant, un nombre croissant de banques fondent leur politique de prêt sur une évaluation de la capacité de remboursement de l’emprunteur et donc de son risque de non-remboursement. L’objectif de cet article est de revisiter la littérature développée en économie industrielle axée sur la fonction stratégique de l’endettement en reconnaissant une fonction stratégique non pas au montant de dette à rembourser en fin de période mais au risque de défaut de l’entreprise débitrice. On montre que l’utilisation stratégique du risque de défaut exerce un effet pro-concurrentiel plus marqué que l’utilisation stratégique de la dette.

The relationship between innovation and productivity based on R&D and ICT use. An empirical analysis for firms in Luxembourg, par Ludivine Martin, Thuc Uyen Nguyen-Thi [consulter]

Cet article évalue le rôle de la recherche et développement (R&D) et de l’usage des technologies de l’information et de communication (tic) dans l’innovation et la productivité du travail de l’entreprise. La méthode d’estimation est basée sur le modèle CDM en trois étapes. Contrairement à la plupart des études existantes, nous proposons une distinction entre les dépenses de R&D interne et externe. De plus, nous utilisons différentes spécifications des tic pour capturer leur degré de variété, plutôt qu’une mesure agrégée du capital tic. Les résultats soulignent la complexité de la gestion des investissements dans les TIC et la R&D pour l’amélioration de l’innovation des entreprises. Tout en confirmant le rôle reconnu de facilitateur d’innovation de ces intrants à l’innovation, les résultats soulignent que toutes les hausses d’investissements dans les tic et la R&D ne se traduisent pas par des augmentations équivalentes de la capacité d’une entreprise à innover. Les résultats des estimations confirment également la relation positive entre l’innovation et la productivité du travail.

Les bénéficiaires de la validation des acquis de l’expérience. L’exemple de la Région Rhône-Alpes, par Nathalie Havet [consulter]

Notre article étudie les profils des candidats à la validation des acquis de l’expérience (VAE) afin de déterminer les caractéristiques individuelles qui facilitent les chances de réussite dans ce processus. Pour ce faire, les données sur l’ensemble des individus ayant déposé un dossier de candidature à la VAE entre 2007 et 2009 auprès des principaux valideurs de la région Rhône-Alpes ont été mobilisées. Des modèles économétriques distinguant les différentes étapes du processus (recevabilité, passage en jury, validation) et les sélections successives des candidats ont été estimés. Il ressort que même si la VAE semble avoir du mal à trouver sa place parmi les dispositifs d’aide à l’emploi pour les chômeurs, elle remplit son rôle de qualification des personnes peu ou non diplômées. En outre, les entretiens-conseils au sein des points relais information-conseil semblent avoir des retombées positives sur la démarche de VAE et sont donc sans doute à renforcer.

Impact de la démographie sur les importations de Mayotte, par Fabien Candau, Serge Rey  [consulter]

Les importations de Mayotte ont été multipliées par huit sur les vingt dernières années, creusant le déficit commercial de l’île. Dans le même temps, la population de Mayotte a plus que doublé. Cet article propose d’étudier la contribution de la croissance de cette population dans l’augmentation des importations sur la période 2000-2010. L’estimation d’une équation de gravité microfondée sur un modèle avec préférences non homothétiques permet de montrer qu’une augmentation de 1 % de la population totale entraîne une hausse de 1,23 % des importations. En guise de comparaison, une augmentation de la population minorée de la population clandestine n’impacte les importations que de 0,46 %.

La criminalité favorise-t-elle l’acceptation de la carte bancaire ? par Bruno Karoubi [consulter]

Le présent article analyse l’impact de la criminalité comme facteur environnemental sur l’acceptation de la carte bancaire. Nous utilisons un document publié par le ministère de l’Intérieur, l’« état 4 001 », pour associer à chaque commerçant le niveau de criminalité de son département. Nous concluons qu’un niveau élevé de criminalité financière défavorise l’acceptation de la carte bancaire, tandis qu’un niveau élevé de criminalité violente la favorise. L’effet de la criminalité financière est interprété comme un effet de sélection adverse, et l’effet de la criminalité violente résulte de l’internalisation partielle par les commerçants des risques encourus par les consommateurs.


Une réflexion au sujet de « Novembre 2015 – Varia »

  1. Ping : Novembre 2015 – Varia | Econewsafrique

Les commentaires sont fermés.