Vient de paraître : n° 2015/3

Publié le 06/05/2015

Le nouveau numéro de la Revue économique est en ligne sur Cairn. 

La crise mondiale qui s’est ouverte en 2007 a montré que le risque qui pèse sur l’ensemble du système financier n’est pas simplement l’agrégation de risques individuels, mais qu’il est peut-être surtout un risque endogène ou systémique qui résulte du comportement collectif des agents et des institutions financières. Ce dossier consacré au risque systémique présente l’état des connaissances et des débats sur le sujet en suivant trois voies. L’une d’elles consiste à mesurer ce risque dans sa double dimension temporelle et transversale et à isoler les institutions systémiques. La deuxième conduit à s’interroger sur les instruments de régulation de ce risque et sur leur efficacité. La troisième examine la qualité des représentations de la macroéconomie, via les modèles DSGE, et la fragilité des arbitrages qui en découlent en matière de gestion du risque systémique.

Trois articles, sur la relation entre le profil de taxation et les inégalités, sur l’impact d’une augmentation du prix des cigarettes sur les ventes et sur le concept d’institutions qui émergent du désordre des relations individuelles, complètent ce numéro.

Au sommaire :

Dossier Risque systémique et politiques macro-microprudentielles

  • « Introduction« , par Christophe Boucher, Michel Boutillier, Vincent Bouvatier, Patrick Kouontchou, Urszula Szczerbowicz

La crise mondiale qui s’est ouverte en 2007 a montré la nécessité de renouveler le cadre de la régulation alors essentiellement microprudentiel en lui ajoutant une dimension macroprudentielle. L’objectif est de corriger plusieurs défaillances de marché qui font que le risque du système financier n’est pas seulement l’agrégation des risques individuels de ses institutions. Le risque qui pèse sur le système financier est aussi systémique au sens où il dépend également des interdépendances et des interactions complexes qui unissent ses composantes. Notre introduction à ce dossier thématique propose un bref aperçu de l’état des connaissances et des débats sur la mesure du risque systémique et la politique macroprudentielle.

Consulter l’article

  • « La mesure du risque systémique après la crise financière » par Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne, Santiago Tavolaro,
  • suivi d’un commentaire d’Areski Cousin

Face au très grand nombre d’indicateurs quantitatifs proposés pour mesurer le risque systémique suite à la crise financière de 2008, l’article fait un bilan des indicateurs disponibles dans la littérature économique et financière. Il distingue entre (i) les indicateurs portant sur les institutions, sur la base de données de marché, comptables ou réglementaires ; (ii) les indicateurs portant sur les marchés financiers et les infrastructures ; (iii) les indicateurs mesurant les interconnexions et les effets de réseau, domaine où la recherche est très active et (iv) les indicateurs synthétiques. Ces indicateurs sont évalués de façon critique et des voies d’amélioration sont proposées en vue d’une meilleure compréhension du risque systémique.

Consulter l’article
Consulter le commentaire

  • « Les exigences de fonds propres influencent-elles l’efficience des banques ? Leçons d’une expérience naturelle en Chine«  de Pierre Pessarossi et Laurent Weill,
  • suivi d’un commentaire d’Adrian Pop

Nous utilisons la première réglementation d’exigences de fonds propres sur les banques en Chine en 2004 pour analyser l’impact exogène des exigences de fonds propres sur l’efficience des banques. Nous mesurons l’efficience des banques chinoises sur un échantillon de 100 banques sur la période 2004-2009 au moyen du modèle proposé par Battese et Coelli [1995]. Nous observons que les fonds propres favorisent l’efficience des banques. Nous en concluons que l’influence des fonds propres sur l’efficience renforce son effet bénéfique sur la stabilité financière. Nos résultats plaident pour un renforcement des fonds propres des banques en Chine afin de réduire les risques d’instabilité financière.

Consulter l’article
Consulter le commentaire

  • « Droits de contrôle versus droits pécuniaires, crise financière et vulnérabilité des banques européennes » de Nadia Saghi-Zedek, Amine Tarazi,
  • suivi d’un commentaire de Sessi Tokpavi

Cet article étudie l’impact d’une divergence entre droits de contrôle et droits pécuniaires des actionnaires ultimes sur le risque de défaut des banques européennes. Les résultats montrent que, bien que cette divergence soit associée en temps normal à un risque de défaut plus élevé, elle a, a contrario, contribué à la résilience des banques pendant la crise financière de 2007-2008. Une analyse plus approfondie montre qu’un tel effet est accentué lorsque la banque est contrôlée par un actionnariat de type familial ou lorsque la banque est située dans un pays à faible protection des actionnaires.

Consulter l’article
Consulter le commentaire

  • « La coordination entre politique monétaire et politique macroprudentielle. Que disent les modèles DSGE ? » par Emmanuel Carré, Jézabel Couppey-Soubeyran, Salim Dehmej,
  • suivi d’un commentaire d’Eleni Iliopulos

Nous réalisons une méta-analyse de vingt-trois modèles DSGE qui réunissent toutes les caractéristiques permettant d’observer les modalités de la combinaison entre la politique monétaire et la politique macroprudentielle (PMP). Ces modèles ont en commun d’incorporer des instruments macroprudentiels visant à limiter les fluctuations financières et de représenter la politique monétaire au moyen d’une règle de Taylor qui peut faire répondre le taux d’intérêt à la fois à l’écart d’inflation, à l’écart de production et à un écart financier. En considérant la valeur du coefficient de réponse à l’écart financier dans la règle de Taylor comme la charnière du policy-mix entre politique monétaire et PMP, nous en faisons notre variable dépendante. La relation que nous testons fait principalement dépendre cette variable du type d’instruments macroprudentiels choisis, de l’importance relative donnée à l’inflation et à l’output gap dans la règle de Taylor, et des modalités d’obtention (par optimisation/estimation ou par calibration) des coefficients de réponse dans la règle de Taylor. Nos résultats suggèrent que le type d’instruments macroprudentiels choisis influence de manière significative le degré d’articulation entre politique monétaire et PMP et que plus la règle de politique monétaire accorde de l’importance à l’inflation et moins cette articulation est forte.

Consulter l’article
Consulter le commentaire

*    *    *

Varia

 

  • « Politiques fiscales optimales pour les bas revenus et principe de compensation » de Laurence Jacquet et Dirk Van de gaer

Nous considérons une économie composée d’agents faiblement ou hautement productifs qui diffèrent également dans leurs préférences pour le travail. Ces agents décident de participer ou non au marché du travail. Sous l’hypothèse d’asymétrie d’information, cet article montre que le profil de taxation optimale dérivé avec le critère d’équivalence égalitarienne (Fleurbaey et Maniquet [2005], [2006]) satisfait toujours au principe de compensation (pour différents niveaux de productivité). Le critère de Roemer [1993], [1998] et le maximin pondéré de Boadway et al. [2002] induisent, quant à eux, des barèmes fiscaux optimaux qui peuvent satisfaire au principe de compensation, alors que les critères utilisés communément dans la littérature en taxation optimale y échouent. Des simulations numériques illustrent nos résultats analytiques.

Consulter l’article

  • « L’impact de la taxation sur les ventes de cigarettes en France. Une approche économétrique » de Vincent Fromentin

Cet article vise à contribuer au débat portant sur l’impact de la taxation du tabac en France entre 2000 et 2012 avec une approche économétrique prenant en compte les chocs structurels. L’utilisation de tests de racine unitaire avec rupture endogène et d’un test de rupture structurelle permet d’analyser l’impact de l’augmentation des prix des cigarettes sur l’évolution des ventes pour deux sous-périodes, séparées par le choc structurel du mois d’octobre 2003. Les tests économétriques confirment l’existence d’une rupture dans la série de ventes de cigarettes et mettent en évidence des élasticités-prix différentes d’une période à l’autre. Les conclusions de cet article permettent alors de contribuer à l’étude de cette problématique de santé publique dans laquelle les dimensions politique et économique sont entremêlées. Les pouvoirs publics devraient mettre en œuvre une forte hausse des prix du tabac pour obtenir des effets rapides et concrets.

Consulter l’article
Sur Le Cercle les Echos

  • « Les institutions comme objets émergents. Une perspective ontologique«  de Nicolas Brisset

Cet article entend examiner et discuter l’utilisation du concept d’émergence dans le cadre du réalisme critique de Tony Lawson. Si la rhétorique émergentiste est aujourd’hui courante en économie, ce dernier reste l’un des seuls économistes à fournir une justification argumentée et précise de l’engagement ontologique accompagnant la caractérisation des institutions comme effets émergents. Nous montrerons néanmoins que cette justification est loin d’être satisfaisante en l’état, et que la définition de l’émergence fournie par Lawson nécessite d’être amendée afin de prendre en considération les spécificités du social.

Consulter l’article